Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Cantonales : le cirque politique français dans un monde en crise

La rédaction
visites
639

21 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – Ce n’est une surprise pour personne : le 1er tour des élections cantonales révèle à quel point les « élites politiques » sont complètement larguées et bunkerisées, incapables de répondre aux aspirations profondes du peuple face à la désintégration de l’économie mondiale.

La présidence française est tellement discréditée que de partout en France l’on a pu observer les affiches électorales de la droite où ne figurait ni le logo UMP, ni le nom de Sarkozy. L’UMP a subit une déroute si forte – seulement 17,1% des suffrages exprimés – que le ministre de l’Intérieur, en charge de l’élection, n’a pas trouvé mieux pour présenter les résultats officiels que d’ajouter de facto à ce maigre score les voix « divers-droite » afin de rivaliser avec les 25% d’un PS se reposant sur l’inaction.

Dans le même temps, le FN a atteint 15,2%, en étant présent dans seulement 1400 des 2000 cantons renouvelables (son score « réel » peut donc être estimé à 20%) , se hissant au second tour dans plus de 300 circonscriptions. L’UMP a refusé d’appeler à voter contre le FN, alimentant ainsi le scénario d’un sponsoring institutionnel derrière la soudaine montée d’une Marine Le Pen sans cœur et sans vision, alimentant la guerre de tous contre tous pour faire place nette au nouveau fascisme financier.

Si l’opportunisme des candidats « écologistes » les a conduit à alimenter une stratégie de la peur nucléaire dans la semaine précédent l’élection, il n’y a pas eu de tsunami vert dans les urnes. Un autre phénomène médiatique, Jean-Luc Mélenchon, n’a pas eu plus de succès puisque le Parti de Gauche n’a recueilli que 1% des suffrages, alors que son « allié » communiste dans le Front de Gauche est arrivé à se maintenir avec 8% des voix. Quant au NPA, il ne recueille que 0,6%.

Au delà de ces aspects tragi-comiques, le seul enseignement à tirer de ces élections pour notre avenir, c’est l’abstention. 55% des français n’ont pas daigné aller voter, contre seulement 35% lors des précédentes cantonales. Pour cette majorité là, ainsi qu’un grand nombre de ceux qui ont voté, l’on attend plus rien du système politique car il est depuis trop longtemps le relais d’un empire financier qui a tout détruit... [*] La France est arrivée au même point que l’Egypte à la veille de sa révolution. La seule porte de sortie est de montrer qu’une alternative positive à cette crise existe :

>>> Cantonales : les candidats S&P remportent une bataille contre l’occupation financière


[*Abstentionnistes ou pas, les Français pensent à 96% que ce sont les banquiers et les marchés financiers qui détiennent de fait le pouvoir. (cf. sondage IFOP du 18 mars pour Marianne et Europe1).

Contactez-nous !