Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Ce dont l’Allemagne a besoin »

La rédaction
visites
773
commentaire

Dans une déclaration publiée le 10 juin, Helga Zepp-LaRouche, présidente du Mouvement des droits civiques-Solidarité (BüSo), annonce qu’en l’absence d’un changement substantiel de politique économique du chancelier Schröder, elle se portera elle-même candidate à la chancellerie. C’est le 13 juin (au moment où nous mettons sous presse), que Schröder doit présenter sa plate-forme économique et sociale en vue des élections anticipées au Bundestag, qui devraient vraisemblablement avoir lieu le 18 septembre. Nous reprenons ci-dessous des extraits de cette déclaration, intitulée : « Ce dont l’Allemagne a besoin ».

« Le rejet massif du Traité constitutionnel européen en France et aux Pays-Bas constitue un refus non seulement de la bureaucratie supranationale, mais aussi, et avant tout, de la politique d’austérité néo-libérale répondant aux seuls intérêts des banquiers. Il est donc temps de mettre à l’ordre du jour un New Deal pour l’Europe, c’est-à-dire un programme d’investissements publics dans des projets précis d’infrastructure et de haute technologie, capables de rétablir le plein emploi. (...)

« L’Europe et le monde ont besoin d’un nouveau système dans lequel les principales nations bâtissent une alliance fondée sur deux principes essentiels : 1. Un gouvernement n’est légitime que s’il s’engage à défendre l’intérêt général, et 2. Il faut de créer un nouvel ordre économique et financier basé sur les mêmes grands principes que ceux des traités de Westphalie. A partir de là, un nouveau système monétaire de type Bretton Woods doit être négocié par les Etats-nations souverains qui, représentant une communauté de principes et agissant en partenariat, doivent déterminer la configuration de ce nouveau système. Pour cela, l’ancien système de Bretton Woods peut servir de base, mais il faut y apporter des améliorations allant notamment dans le sens de l’intérêt des pays en voie de développement.

« Si, le 13 juin, le chancelier Schröder n’annonce pas un programme de ce genre, je présenterai alors ma candidature à la chancellerie, car il est inadmissible qu’il n’y ait aucun candidat qui défende l’intérêt général et la Loi fondamentale. Comme la classe politique le sait, j’ai déjà été en 1976 la "candidate chancelière pour un nouvel ordre économique mondial".(...) »

Les syndicats allemands pour un programme d’investissements publics

Reprenant des thèmes développés par Helgqa Zepp-LaRouche, la Fédération allemande des syndicats vient de consacrer un mémorandum de vingt-huit pages à ses revendications et à ses propositions économiques et sociales, dans la perspective des prochaines élections au Bundestag.

Présenté le 8 juin à Berlin par le président du DGB, Michael Sommer, ce mémorandum appelle à une forte augmentation des investissements dans le secteur public sur un an - devant passer de 1,4% du PIB à 2,5%. Comme le PIB se situe à 2,2 billions d’euros, les investissements seraient de l’ordre de 55 milliards d’euros. Ils seraient alloués à des projets scientifiques et de Recherche et Développement, aux infrastructures de transport et à la « modernisation écologique », sans autres précisions.

Le mémorandum appelle en outre à une taxe sur la spéculation, au contrôle des hedge funds et à une « nouvelle architecture financière » dans le cadre de laquelle les banques centrales s’accorderaient sur des taux de changes stables constituant un mur de protection contre de nouvelles attaques spéculatives. Le DGB exhorte le gouvernement allemand à jouer un rôle moteur, parmi les nations du G-7, dans ce nouvel arrangement monétaire.

Contactez-nous !

Don rapide