Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Chalmers Johnson : « Fin de l’empire américain en Asie »

La rédaction
visites
834
commentaire

Le Pr Chalmers Johnson, un analyste stratégique confirmé de la communauté du renseignement américain, dirige actuellement le Japan Policy Institute. Dans une interview accordée à l’EIR le 25 novembre, il a comparé la crise actuelle des USA et de son « empire » à l’effondrement de l’Union soviétique.

Dans son récent livre, Blowback, Johnson écrit qu’« il est possible que les USA perdent leur autorité d’une manière comparable à l’effondrement de l’URSS ». A présent, avec la débâcle de l’élection présidentielle, on voit que cela peut arriver très vite. L’Union soviétique, selon lui, « a été détruite par une surexpansion impériale, non par la concurrence avec les Etats-Unis. Les Américains pensent qu’ils sont immunisés contre ce destin, et ils font erreur. »

A propos de la crise électorale aux USA, il déclare : « Quand nos grandes institutions, comme la Cour suprême, deviennent les jouets des partis politiques, on se trouve face à une désintégration du système américain. (...) Cette crise électorale a fait de nous la risée du monde. Que fera le reste du monde si l’on voit qu’au summum de notre paralysie politique, survient également une crise économique ? ». Il mentionne dans ce contexte la chute du Nasdaq, l’érosion de la production industrielle, un déficit commercial record et des importations massives de capitaux étrangers.

Johnson estime que le sommet de l’ASEAN-plus-trois représente « une percée. Ceci pourrait sonner le glas de l’empire américain en Asie. » Les dirigeants asiatiques ont reconnu qu’« il est temps de travailler étroitement entre eux. (...) Il est évident pour moi que le Fonds monétaire asiatique et l’idée d’accord de libre-échange de l’ASEAN-plus-trois sont à prendre au sérieux. » La décision des dirigeants du Japon, de Chine et de Corée du Sud de se rencontrer chaque année est extrêmement significative. Johnson a relevé en particulier l’attaque des Sud-Coréens contre la mondialisation comme responsable de la propagation de la crise financière de 1997 et le fait que la Chine se présente comme un intermédiaire de la paix raisonnable en Asie.

Il note aussi l’importance des remarques du Premier ministre malaisien Mahathir, selon lesquelles les USA ne pourront pas empêcher la région « d’aller vers son unité ».

Les Américains « ne le savent pas, mais la mondialisation est morte il y a un an à Seattle », dit Johnson. Les Asiatiques ont maintenant compris la ruse américaine et ne croient plus que la mondialisation soit « une force inéluctable, irrésistible de l’histoire, (...). Telles sont les grandes nouvelles qui se propagent dans le monde alors que nous [les Américains] sommes préoccupés par une histoire de fraude électorale interne. »

Contactez-nous !

Don rapide