Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Cheney n’a pas convaincu les dirigeants arabes

La rédaction
visites
758

Lors de sa tournée à travers onze pays du Proche-Orient et du golfe Persique, le vice-président américain Dick Cheney avait pour objectif d’amener les dirigeants arabes à accepter une action militaire américaine contre l’Irak.

A la première étape, en Jordanie, le roi Abdallah s’est déclaré hostile à toute action militaire contre l’Irak, qui affaiblirait la guerre contre la terreur et déstabiliserait toute la région. Le roi a proposé de privilégier les moyens diplomatiques dans les relations avec Bagdad. Le ministre jordanien des Affaires étrangères a ajouté que l’intégrité territoriale de l’Irak devait être sauvegardée, tout en exprimant la crainte qu’une guerre ait de violentes répercussions à l’intérieur de la Jordanie, dont plus de la moitié de la population est palestinienne.

Le président égyptien Hosni Moubarak a tenu des propos similaires lors de ses rencontres avec Dick Cheney. L’Egypte s’oppose à tout plan américain pour renverser Saddam Hussein et reste attachée « au maintien de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Irak (...) et à la préservation de la stabilité régionale ». Pour ce qui est de la présence d’inspecteurs de l’ONU, Moubarak estime qu’il faudrait donner à Saddam Hussein l’opportunité de se conformer aux résolutions des Nations unies « et je pense, d’après ce que j’en sais, qu’il va accepter les inspecteurs », suggérant ainsi que le gouvernement irakien, dont le ministre des Affaires étrangères a eu des discussions positives avec Kofi Annan la semaine dernière, pourrait se conformer à un régime d’inspection des armements.

Au Yémen, le président Ali Abdallah Saleh a fait valoir qu’une action militaire affaiblirait la stabilité régionale. « Nous ne voulons pas jeter d’huile sur le feu », comme l’a confié un conseiller aux journalistes. A Abu Dhabi, Cheney a rencontré le cheikh Zayed bin Sultan qui lui a dit, selon l’agence officielle WAM, que « les Emirats [arabes unis] sont hostiles à toute frappe militaire contre l’Irak ». « Il y a nécessité d’agir avec retenue dans les intérêts de l’Amérique, de la région et du monde », a déclaré le cheikh Zayed.

L’Arabie saoudite, dont la position est déterminante pour toute option militaire, a adressé le même message à Cheney. Même avant leur rencontre, le prince héritier Abdallah a profité d’un entretien télévisé avec CNN et ABC pour déclarer : « Je ne crois pas qu’il soit dans l’intérêt des Etats-Unis ou l’intérêt de la région ou du monde » d’attaquer l’Irak. « Je ne m’attends pas à ce qu’une frappe apporte le résultat requis et la même chose vaut pour l’Iran. » Dans le cas d’une attaque américaine, a-t-il précisé, l’Arabie saoudite n’autoriserait pas l’utilisation de ses bases. Abdallah a souligné que l’Irak doit demeurer unifié tandis qu’une guerre pourrait faire éclater le pays.

Contactez-nous !