Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Cheney pense qu’il reste encore quelques jours…

La rédaction
visites
2266

11 janvier 2009 (LPAC) – Increvable, ce vieux Dick Cheney ! A neuf jours de l’inauguration de la nouvelle administration Obama, le vice-président de George W. Bush Jr. semble toujours déterminé à empoisonner le monde avec une crise stratégique.

Interrogé lors de l’émission Late Edition sur CNN, Wolf Blitzer lui demandait comment se faisait-il qu’on n’avait toujours pas réussi à capturer Ben Laden ou Aylan al-Zawahiri, le numéro deux d’Al Qaeda ?

« Il nous reste quelques jours, Wolf », disait un Cheney énigmatique.

« Alors, quelque chose en cours dont nous ignorons les tenants et aboutissants ? » demanda Blitzer sur un ton inquisiteur.

« Pas vraiment », souriait Cheney, « mais évidemment, je ne peux rien vous prédire… »

Par ailleurs, Cheney s’est montré peu impressionné par la résolution de l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza et se déclarait entièrement du coté israélien. « Je pense qu’avec le temps, nous avons appris qu’il existe un gouffre entre ce qui se discute aux Nations unies et la réalité du terrain des crises dans le monde.

« Dans la situation actuelle, il est peu probable qu’on assiste à la fin des hostilités tant que le Hamas n’accepte pas de mettre un terme aux actions terroristes, notamment les tirs de roquettes. Un cessez-le-feu ne sera jamais durable si l’on ne trouve pas un moyen pour limiter les fournitures d’armes aux Hamas en provenance de leurs fournisseurs principaux, l’Iran et la Syrie. Ce n’est pas un combat entre Israël et les Palestiniens. C’est une bataille où Israël essaye de se défendre contre ce qui a été désigné comme une organisation terroriste », disait Cheney.

En ce qui concerne les pratiques de torture, notamment le supplice de la baignoire (le waterboarding), Cheney a répondu à Blitzer qu’elles ont été pratiquées « quelques fois, quand c’était nécessaire. Je pense que cela a permis d’obtenir de bons résultats. Je pense qu’il y a des américains qui sont vivants aujourd’hui parce qu’on a soumis trois individus à cette pratique. »

Interrogé s’il était prêt à l’autoriser de nouveau, Cheney a dit que ce n’est pas lui qui commande, mais « si nécessaire, je le recommanderai de nouveau ».

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !