Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Chers élus, voici un avant-goût de la rage populaire qui vient...

La rédaction
visites
1434
commentaire

31 mai 2010 (Nouvelle Solidarité) – En publiant ici une info émanant du blog grec From the greek streets, nous attirons l’attention des responsables politiques sur ce qu’il leur arrivera s’ils continuent à se faire la courroie de transmission de l’austérité imposée par les puissances d’argent.


Le goût de la rage populaire : les politiciens interpellés, maltraités, attaqués dans les restaurants, les cafés et les rues grecques

Une série d’articles est paru dans la presse grecque, montrant les difficultés que rencontrent de nombreux hommes politiques lorsqu’ils tentent une apparition en public. Lorsque repéré en train de manger dans un restaurant, l’ex-PM Karamanlis a été approché par une femme criant « honte à vous, tout ce que vous savez faire, c’est bouffer ». Il y a quelques semaines l’ex-président du Parlement Apostolos Kaklamanis a trouvé refuge dans les toilettes d’un café afin d’éviter « les félicitations » pour les efforts de son parti. Les mass médias sont maintenant pleins d’anecdotes de ce genre : sur le second ministre de l’Économie qui a été forcé de quitter une plage à Athènes ; le tout-puissant ministre de la Marine marchande qui est maintenant interpellé quotidiennement par un groupe d’enfants à son domicile sur l’île de Kos. Les interpellations et les abus que l’ex-ministre des Finances, Giorgos Alogoskoufis, a reçu lors de ses récentes visites à Londres. La maison de Akis Tsohatzopoulos, une figure autrefois très puissante dans le PASOK social-démocrate, qui s’est transformée en une sorte de monument de mécontentement, avec son mur d’enceinte rempli de messages de haine. Ou Giorgos Voulgarakis, qui se dirigeait vers un café dans le domaine de la haute bourgeoisie de Kolonaki lorsqu’il se trouva confronté (là-bas aussi… !) avec une foule demandant « où est l’argent ». Des conducteurs qui klaxonnent en passant devant le Parlement.

La police a émis de nouvelles mesures strictes de protection pour les politiciens et leur conseille d’utiliser des petites voitures banalisées, plutôt que leurs bien-aimées limousines pour le moment. Les histoires sont sans fin, paraît-il.

Comment cela va se traduire concrètement, cela est difficile à dire bien sûr — nous ne sommes qu’au début de l’histoire de la Grèce sous le FMI. Une chose est certaine : nous avons la rage !

(Traduction Le Jura libertaire)


Ce qu’il faut faire :
LE GLASS-STEAGALL GLOBAL ET LE PRECEDENT FRANCAIS

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide