Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Chute de l’euro et Glass-Steagall : les intérêts financiers s’en prennent à LaRouche et Tremonti

La rédaction
visites
1367

23 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) — C’est au moment où la bataille pour Glass-Steagall s’intensifie des deux côtés de l’Atlantique que la faction financière pro-britannique italienne tente de renverser le ministre de l’Economie Giulio Tremonti, partisan d’une liquidation judiciaire des spéculateurs. Dans ses quatre pages anti-Tremonti, le quotidien Il Giornale d’hier, propriété de Silvio Berlusconi, s’en prend à la relation entre le ministre et l’économiste américain Lyndon LaRouche, comme étant la preuve de son agenda « anti-libéral » secret. Représentant au gouvernement du dernier bastion de la production en Italie – les PME-PMI du Nord mises à mal par les banques – Tremonti est le principal opposant à la politique de la City de Londres menée par Mario Draghi, le chef de la Banque centrale italienne et ancien dirigeant de Goldman Sachs.

Démarré en Une, le dossier anti-Tremonti s’achève page 4 avec un grand titre « Tremonti, ce socialiste en habit libéral » sous lequel est présenté « le panthéon » de ses héros : Jean-Baptiste Colbert, Alexander Hamilton, John Maynard Keynes (il faut bien un agent britannique de service) et Lyndon LaRouche !

JPEG - 165.1 ko

L’encadré sur LaRouche [1] en dit long sur la crainte des intérêts financiers de voir les remèdes de l’économiste rooseveltien repris en Europe :

« Né en 1922 à Rochester aux Etats-Unis, Lyndon LaRouche est considéré comme un perpétuel candidat à la présidence américaine avec ses huit tentatives consécutives, à commencer en 1976 avec le Parti ouvrier américain. Ses détracteurs le considèrent comme un incorrigible marxiste-léniniste. Ses supporters le considèrent comme le véritable ennemi des forces œuvrant à l’établissement d’un gouvernement mondial impérial d’essence libérale. En Italie, LaRouche, qui affirme que « le système monétaire international actuel est irrémédiablement en faillite », a eu des contacts avec Tremonti qui s’est dit être un lecteur attentif de ses écrits anti-libéraux et anti-marxistes. » [2]

L’entourage pro-britannique de Berlusconi a lancé la première salve de sa campagne de propagande en février, via le journaliste Giuliano Ferrara, où à la faveur des scandales sur les pratiques sexuelles du « cavallo », ils ont convaincu le Premier ministre affaibli d’aller contre Tremonti en lançant un plan de dérégulation et de privatisation. La seconde salve a été tirée avant-hier avec une grande interview dans Il Giornale du nouveau ministre de la culture Giancarlo Galan appelant à l’éviction de Tremonti. Galan traitait Tremonti de socialiste anti-libéral qui ferait perdre les élections à Berlusconi. Galan est un libéral forcené dont la carrière a été faite par Publitalia, la puissante régie publicitaire du groupe Berlusconi, au moment où elle était dirigée par le pro-mussolinien notoire Marcello dell’Utri, celui qui a poussé Berlusconi à entrer en politique et qui est actuellement jugé pour ses liens avec la Mafia.

Avec la chute imminente de l’euro et la poussée transatlantique Glass-Steagall pour castrer les spéculateurs, l’oligarchie financière ne semble pas très rassurée...


Lire aussi :



[1Lyndon LaRouche a répondu à l’article de Il Giornale dans une déclaration publiée en anglais sur le site de son Comité d’action politique : http://www.larouchepac.com/node/18020.

[2Au passage, l’on note toujours avec amusement comment la calomnie est ajustée à la tête du client : là où LaRouche est traité d’ « extrémiste de droite » pour intimider les gens de gauche, il devient un « vilain gauchiste » lorsqu’il s’agit d’intimider les gens de droite...

Contactez-nous !