Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Climategate : le consensus climatique résistera t-il aux enquêtes ?

La rédaction
visites
1500

4 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le « consensus » scientifique imposé par les lobbies anti-population pour faire accepter un gel du développement et un contrôle démographique mondial fait désormais l’objet de plusieurs enquêtes. Suite au scandale du Climategate, l’Université d’East Anglia (UEA) vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête indépendante confiée au vice-chancelier de l’Université de Glasgow, Sir Muir Russell. Impliqué jusqu’au cou dans cette affaire de données truquées ayant servi de base à la fraude du réchauffement climatique, le directeur de l’Unité de recherche climatique (CRU) de l’UEA, Phil Jones, avait annoncé avant-hier sa démission temporaire, le temps que l’enquête soit menée.

Dans son communiqué, l’UEA explique que Russell « examinera le contenu des e-mails piratés ainsi que d’autres échanges significatifs et toute autre information détenue par le CRU, afin de déterminer s’il y a des preuves de manipulation ou de suppression de données allant contre les pratiques scientifiques acceptables et qui remettraient donc en question les résultats de leurs recherches ».

Désormais, tout le monde tente de s’éloigner de Phil Jones. A commencer par la star internationale de la climatologie d’avant 2009, Michael Mann, inventeur de la célèbre « courbe en crosse de hockey » et également soumis à une enquête dans son Université de Penn State. Dans une interview avec la BBC, il a remis en cause l’attitude et les propos tenus par son collègue Phil Jones, dans leurs échanges d’e-mails rendus publics à la mi-novembre.

D’après l’UEA, l’enquête sur les travaux du CRU examinera « sa politique et ses pratiques pour l’acquisition, l’assemblage, la soumission à des revues de pairs et la dissémination de données et de résultats des recherches, ainsi que leur conformité ou non avec les meilleures pratiques scientifiques », mais aussi « sa conformité ou non avec les politiques et les pratiques de l’Université par rapport aux requêtes d’obtention de données faites sous le régime de la loi sur la liberté d’information (FOIA) et de la régulation des informations environnementales (EIR) ».

Reste à savoir à quel degré cette enquête sera indépendante, même si Muir Russell ne fait pas partie de la communauté des climatologues. Quoi qu’il en soit, les conclusions de cette enquête ne seront rendues qu’au printemps prochain, alors que les intérêts ayant promu la fraude du réchauffement climatique entendent soumettre les nations à une autorité supranationale anti-développement lors du Sommet de Copenhague, qui s’ouvre la semaine prochaine.

Seul le démantèlement du système monétariste international permettra d’éviter cette dynamique sordide de réduction de la population mondiale. Tel est le but poursuivi par le projet d’Alliance des quatre grandes puissances lancé par Lyndon LaRouche.


Focus spécial Copenhague : Annulons le Sommet de la dépopulation


Contactez-nous !