Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Comment la Chine finance son expansion infrastructurelle

La rédaction
visites
892
commentaire

Alors que la majeure partie du monde s’enfonce dans une nouvelle « grande dépression », l’économie chinoise continue d’enregistrer une croissance soutenue, alimentée par la construction d’infrastructures à grande échelle. Au cours d’une récente discussion avec l’EIR, un spécialiste financier pékinois mettait l’accent sur les principaux éléments de la politique financière à l’origine de ce miracle économique.

  1. Depuis quelques années, la banque centrale chinoise a augmenté la masse d’argent et de réserves de crédit (l’agrégat monétaire que les économistes appellent « M2 ») d’environ 15 % par an. Ceci veut dire que la masse monétaire a augmenté presque deux fois plus vite que le produit national brut (PNB).
  2. Contrairement à certaines affirmations simplistes, selon lesquelles une telle expansion monétaire doit forcément mener à l’inflation, l’ensemble des prix en Chine sont restés stables ou ont même baissé, et le yuan chinois (RMB) est devenu l’une des monnaies les plus « fortes » du monde. La politique d’investissements dans la production a assuré que l’approvisionnement en biens et en services, produits par l’économie, augmente plus vite que la demande effective, tandis que la productivité industrielle a augmenté de plus de 4 % par an.
  3. Bien qu’on ait utilisé d’autres méthodes dans le passé, l’expansion monétaire chinoise repose avant tout sur l’achat par la banque centrale de devises étrangères supplémentaires, se montant à l’équivalent de 70 milliards de dollars par an, payés grâce à des bons spéciaux émis par la Banque centrale. La marge de crédit additionnel ainsi dégagée est octroyée pour l’essentiel aux « quatre grandes » banques commerciales appartenant à l’Etat, qui l’allouent à leur tour à des projets économiques. En outre, un rôle très important est joué par la Banque pour le développement de la Chine (BDC, autrefois appelée Banque de développement de l’Etat), ayant rang de ministère, qui fournit directement des milliards de dollars de crédit à l’industrie et aux travaux publics.
  4. Les autorités chinoises maintiennent des taux d’intérêt faibles, de 1,5 à 1,6 %, sur diverses catégories de prêts.
  5. Le gouvernement chinois soutient son niveau élevé d’investissements directs dans l’économie à travers un déficit budgétaire modéré, représentant environ 3 % du produit intérieur brut (PIB). Cette dette repose sur une base très solide, à savoir une assiette fiscale en croissance rapide, du fait de l’expansion de l’économie réelle.
  6. Cette politique d’investissement non inflationniste est caractérisée par le financement de 200 milliards d’euros par an dans l’infrastructure. Un tiers provient de l’investissement direct de l’Etat, à travers le budget du ministère des Finances. Une autre part importante est financée par des prêts des banques commerciales d’Etat et des banques dites « politiques », surtout la BDC. Ces crédits sont accordés à des organismes et des sociétés qui construisent et exploitent les projets. Une troisième source concerne les fonds levés par les autorités locales et les sociétés participant aux projets sur les marchés financiers domestiques et étrangers, par exemple sous forme d’obligations.
Contactez-nous !

Don rapide