Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Comment les statistiques sur l’inflation sont manipulées

La rédaction
visites
981

Les méthodes de calcul de l’indice des prix à la consommation (IPC), qui reflète l’inflation, sont devenues de plus en plus complexes au cours des dernières années. Comme nous l’avons déjà documenté, ces nouvelles méthodes statistiques - notamment le calcul dit « hédoniste » - ne sont que de grossières manipulations destinées à produire de « bonnes nouvelles » sur l’état de l’économie.

Une petite manipulation de ce type vient d’ailleurs d’être reconnue par le Bureau des statistiques du travail (BLS) qui a annoncé, dans un communiqué daté du 27 septembre, qu’il révisait à la hausse l’IPC pour les douze mois se terminant en août. L’indice, pour cette période, ne montrait initialement qu’une augmentation de 2,5 % du « coeur de l’inflation », (donnée qui ne tient pas compte des prix de l’énergie et de l’alimentation), et une augmentation de 3,4 % pour l’indice comprenant ces deux catégories. C’est ce dernier chiffre qu’il faut réviser à la hausse - de 0,3 % - à cause d’un « petit problème » informatique, selon le BLS, qui s’est posé au niveau du programme de calcul qui intègre les améliorations de qualité. Selon ce calcul « hédoniste », si la qualité d’un produit s’améliore d’une année sur l’autre mais que son prix reste constant, le BLS considère que le prix a en fait baissé, et il estime de manière plutôt arbitraire le pourcentage de cette baisse. Bien entendu, comme l’Executive Intelligence Review l’a documenté, l’erreur admise par le BLS ne représente qu’une infime partie de l’ensemble des manipulations statistiques.

Lyndon LaRouche a noté le 30 septembre que cette erreur, reconnue tardivement par le BLS, est typique « de la façon dont la fraude délibérée et la simple incompétence se conjuguent dans les pratiques comptables utilisées par les institutions financières et cabinets juridiques de Wall Street et par les administrations du gouvernement américain ».

Les revenus de dizaines de millions d’Américains sont directement affectés par l’indice IPC, car il est utilisé pour calculer les ajustements des coûts de la vie sur lesquels s’alignent non seulement les retraites et les pensions, mais aussi les salaires des fonctionnaires et des employés du privé, qui sont ajustés sur l’inflation.

Dans le New York Post du 29 septembre, le chroniqueur financier John Crudele appelait à une enquête gouvernementale sur les manipulations (effectuées dans un but politique) des statistiques sur l’inflation et le chômage. Il avance que les chiffres réels de l’inflation sont considérablement plus élevés que ceux officiellement proclamés. « L’une des façons de réduire l’inflation, c’est la théorie économique appelée hédoniste. Grâce à cetour de passe-passe, les hausses de prix de certains produits peuvent être annulées si le gouvernement décide qu’un produit a été amélioré. L’hédonisme est bien sûr une absurdité, parce que vous devez payer plus cher - que vous vouliez l’amélioration ou pas. (...) Selon cette agence [le BLS], on ne connaît virtuellement pas d’inflation malgré l’augmentation des prix que chacun constate tous les jours dans le monde réel. Il serait intéressant de voir si le BLS ne cache pas d’autres tours dans sa manche. »

Contactez-nous !