Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Conyers s’est fait botter les fesses

La rédaction
visites
1778
commentaire

La pression monte sur John Conyers, l’homme par qui la procédure de destitution de Cheney doit légalement passer

30 juillet 2007 (LPAC) - « Ils m’ont dit de ne pas dire D... » a déclaré le représentant démocrate du Michigan John Conyers lors d’un discours à l’American Constitution Society samedi dernier à Washington. A la surprise générale, John Conyers, qui est le président de la Commission judiciaire de la Chambre, a ainsi lancé un débat sur la Destitution. Il a poursuivi en expliquant qu’il avait reçu un appel téléphonique (un bon coup de pied dans le derrière, ndlr) de la part d’un vieil ami de Detroit qui lui a dit « J’en ai ma claque » et lui a demandé qu’il lance la procédure de destitution.

Après avoir discuté de la destitution quelques minutes, Conyers a changé de sujet pour en venir aux soi-disantes priorités de la Commission judiciaire, ce qui a laissé pantois plus d’un dans la salle. Est-ce que la destitution de Cheney n’est pas la seule priorité de la Commission judiciaire ?

Lors des discussions informelles ayant suivi, Conyers a expliqué que les signataires soutenant la résolution 333 pour la destitution ne manquent pas (il en faut encore deux pour pouvoir lancer la résolution), mais que le vote à la chambre n’était pas encore acquis. Les observateurs présents ont jugé les déclarations de Conyers comme un appel implicite à accroître la pression sur le Congrès et mobiliser un soutien plus grand pour la destitution de Cheney.

Brève contenue dans : Cheney, destitution ou démission ?

Contactez-nous !

Don rapide