Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Copenhague : derrière l’humanisme vert, un régime planétaire brun ?

La rédaction
visites
2394

15 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) - Selon le Guardian de Londres, le projet de Traité rédigé en coulisse par le Danemark, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, prévoit de fixer à l’horizon 2050 le taux d’émission de CO2 à 1,44 tonne par habitant pour les pays pauvres et 2,67 tonnes pour les pays riches. Il prévoit aussi que la gestion de l’aide aux pays pauvres échappe à l’Onu pour passer aux mains de la très humaniste Banque Mondiale. Pour Lord Christopher Monckton, un des rares à avoir parcouru les 180 pages du Taité, cet accord établirait de fait un régime mondial non élu, doté de plus de pouvoir que n’importe quel gouvernement au monde.

Détracteur du réchauffement climatique depuis des années, Monckton n’a eu accès à ce document qu’après avoir menacé de déclencher un incident diplomatique retentissant s’il ne l’obtenait pas. S’il est adopté en l’état, dit-il, nous aurons de facto un gouvernement mondial autorisé à lever des impôts, abolir les droits de brevet, décider des politiques économique et environnementale, etc. Si le mot « gouvernement » n’apparaît pas dans le texte, le processus de centralisation dans des institutions internationales qu’il prévoit revient au même. Selon lui, ces institutions internationales pourront prélever jusqu’à 2% des PIB et des transactions financières internationales pour financer une nouvelle bureaucratie composée de 700 administrations. Ce projet de Traité prévoit une taxe de 2 dollars sur chaque tonne de CO2 émise par des énergies fossiles et conditionne les droits d’émissions à l’achat de droits sur un marché mondial du carbone. Il est aussi question de sanctions et d’amendes pour les pays qui ne respecteront pas le Traité, et même de créer une force de police internationale pour les mettre en application.

Ce n’est plus un secret, le sommet de Copenhague vise à mettre à l’ordre du jour une politique impérialiste de dépopulation encore plus drastique que le simple effondrement du système mondialisé. L’intervention massive de l’oligarchie britannique, tant financière que la monarchie, dans le façonnement du débat est criante. Aujourd’hui à Copenhague, c’est le Prince Charles qui ouvrira le sommet officiel. Dans toutes les initiatives on retrouve le WWF créé par son père, le Prince Philip, dans le but explicite de réduire la population. Dimanche, c’est Tony Blair qui est intervenu dans la capitale danoise pour exiger une guerre climatique préventive. De nombreux organismes et personnalités sont à Copenhague pour promouvoir la dépopulation, comme l’Optimum Population Trust sponsorisé par la London School of Economics, qui demande l’élimination de 3 milliards de personnes, ou des représentants de Windsor2009, qui prêchent la « bonté » de la famille royale britannique et des thèses malthusiennes de la surpopulation.


Focus spécial Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !


Contactez-nous !