Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Crash Gordon en Amérique

La rédaction

11 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) - Lors de son discours au Lord Mayor’s Banquet de Londres, visant à faire de lui le « Chancelier mondial de l’Echiquier », Gordon Brown a affirmé la volonté britannique de combattre le protectionnisme. « Brown est la réplique exacte d’un organe de l’anatomie humaine que je ne mentionnerais pas devant des enfants », a immédiatement répliqué Lyndon LaRouche. Cette déclaration du Premier ministre britannique arrive à quelques jours de la réunion du G20 à Washington où les britanniques cherchent à empêcher toute initiative remettant en cause l’oligarchie financière.

Déclarant mener la guerre contre le « protectionnisme », Gordon Brown a appelé les Etats-Unis, et particulièrement Obama, à rejeter « le protectionnisme du chacun pour soi qui a transformé les crises passées en récessions ». Nous avons besoin d’une « véritable société globale » basée sur « l’internationalisme et non le protectionnisme ». Le Times de Londres a indiqué qu’avec ce discours, Brown veut devenir le « Chancelier mondial de l’échiquier » puisque « la Grande-Bretagne est au avant poste du renflouement des banques ».

Ce renflouement sans fond du système spéculatif ne peut que nous emmener vers l’abîme et à ce titre, Gordon Brown devrait être surnommé « Crash Gordon ». La suractivité de Brown avant sa participation au sommet du G20 le 15 novembre n’a qu’un but : assurer qu’aucun changement n’en émerge.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 19 janvier le monde
en devenir

Don rapide