Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité

Crédit productif : Sergueï Glazyev s’attaque à la Banque centrale russe

La rédaction
visites
1336
commentaires

L’académicien Sergueï Glazyev a accordé une série d’entrevues à l’agence de presse économique RBC, à la chaîne de télévision Channel One Russia et au journal Zavtra, dénonçant la politique suivie par la Banque de Russie (banque centrale "indépendante") depuis le début de la crise en 2007. Il l’a accusée de fonctionner comme simple filiale de la Réserve fédérale américaine et d’étouffer l’économie russe.

« Notre banque centrale n’imprime des roubles que pour acheter des devises étrangères, avec une absence effective de régulation en ce qui concerne notre monnaie », a-t-il lancé. « Nous faisons de facto partie du système financier américain. Par conséquent l’instabilité qui se manifeste là bas se reflète automatiquement ici, d’une manière amplifiée. » Il ajouté que la politique monétaire de la Banque de Russie signifie que le secteur réel de l’économie russe manque de sources de crédit à long terme pour le développement du pays : « Sans ceci nous ne pouvons nous tenir debout, car nous dépendons toujours de flux d’argent en provenance de l’extérieur. »

Glazyev avait été nommé très jeune comme ministre des Relations économiques extérieures dans le gouvernement Gaïdar en 1993, lorsque le président de l’époque Boris Eltsine avait démembré le parlement en raison de son refus de voter des lois de privatisation et de dérégulation de l’économie. Il avait alors démissionné de son poste pour protester contre la conduite du Président russe.

En 2001, alors qu’il était le président du Comité de politique économique de la Douma, Glaziev avait invité l’économiste américain Lyndon LaRouche à prononcer le discours principal lors d’auditions sur les moyens permettant aux économies nationales de survivre à la crise financière mondiale.

Au cours des dernières années, il a dirigé le projet pour former une union douanière eurasiatique, dans le cadre de la future Communauté économique eurasiatique et d’une possible Union eurasienne. Il a été cette année l’un des représentants autorisés de la campagne de Vladimir Poutine à la présidence. Dans une déclaration intitulée « Pourquoi je soutiens Poutine », il a fait part de son espoir de voir Poutine changer la politique économique du pays une fois ré-élu.

La banque centrale russe a fait les manchettes après que le Premier ministre Dimitri Medvedev lui ait ordonné d’accroître ses interventions sur le marché des devises (vendre des dollars pour acheter des roubles) suite à une importante chute de la monnaie nationale la semaine dernière. La banque centrale est dirigée depuis 2002 par Sergueï Ignatiev et Alexei Ulyoukaïev, deux membres proéminents du célèbre groupe d’économistes au service de Londres dans les gouvernements Gaïdar et Choubaïs au cours des années 90.

Glazyev et son équipe ont également préparé un rapport sur la réorganisation du système monétaire mondial en vue du sommet du G20 des 18 et 19 juin au Mexique.

Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 12/06/2012 - 02:31

    Glazyev est en effet un personnage interessant.
    Pourvu qu’il reussisse a convaicre les 18 et 19 juin .....

    Répondre à ce message

  • Champion • 08/06/2012 - 22:01

    Bien sûr que nous sommes mal barré. Cela fait plusieurs milliers d’années. Mais il est important de comprendre qu’aujourd’hui, comme à de très rare moment de l’histoire nous vivons une occasion de faire changer les chose, un sursaut et que grâce à notre société technologique nous avons un peu plus de "temps de cerveau" disponible pour aller de l’avant.
    Nous vivons donc une époque formidable dans laquelle dieux et diables sortent de leur boite. Nous pouvons apporter un grand changement comme l’on fait par exemple, la poignée d’hommes qui s’est battue contre l’esclavagisme. C’est un grand moment, et avoir peur ou être découragé est plus qu’humain. Mais c’est une guerre et pendant une guerre rien ne vaut un bonne bataille pour retrouver le moral, même une bataille perdue. Il y en aura bien d’autres.
    C’est de la tourmente, des coups durs, la bravoure, la conviction, la courtoisie, l’honneur, la fierté, les victoires même petite, la vision d’un futur que sont fait les braves.

    très amicalement !

    Ps : j’ai un dicton à moi
    - Il y a un dieu pour les braves.

    Répondre à ce message

  • EDITH • 08/06/2012 - 18:48

    Je viens de discuter de tout cela avec mon député sortant ,que j’avais déjà initié à la question il y plus d’un an,mais il a pris peur.Je lui ai bien dit qu’il y a urgence par rapport à l’hyperinflation puisqu’il s’occupe des questions financières pour le groupe communiste à l’assemblée , mais comme beaucoup d’humain il a peur d’aller à l’essentiel. Autant vous dire que nous sommes mal barrés nous sommes en train de mourir spirituellement et nous allons mourir de faim et de manque de médicaments, les gens ont peur quand on dit le mot REQUISITION DE LA PRODUCTION ET DES BANQUES. BIENVENUE EN ENFER !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide