Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Crise : Ne baissons pas Lagarde !

La rédaction
visites
1876
commentaires

13 février 2010 (Nouvelle Solidarité) – On avait rarement vu un ministre de l’Economie se féliciter en venant annoncer à la presse une baisse annuelle de 2,2% du PIB. Eh bien, Christine Lagarde l’a fait ! Bien sûr, ce n’est pas cette baisse qui provoquait sa joie apparente, mais le fait qu’au 4e trimestre 2009, la « croissance » était de 0,6% ! « 0,6%, c’est vraiment satisfaisant », s’est-elle exclamée en justifiant que c’est beaucoup mieux que nos voisins européens !

Mais comme lors du sommet sur la Grèce à Bruxelles jeudi, le sourire et les annonces molles de nos dirigeants masquent leur effroi face à une tempête qu’ils se révèlent bien incapables de braver. Quelle est la réalité de l’économie française ? Plus de 400 000 emplois marchands détruits en 12 mois, avec le plus lourd tribut pour le secteur industriel. 1 000 000 de chômeurs en fin de droits et 600 000 qui sortiront de tout dispositif d’aide sociale cette année. On annonce la destruction à venir de 50 000 emplois productifs chez les équipementiers automobiles. Certains pourraient oser dire que ce ne sont que des effets collatéraux de la crise qui est maintenant derrière nous. Mais qu’en est-il des 8 millions de Français mal logés, des 70 000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ou qualification, des 1,5 million de Franciliens dont les 4 heures de transport par jour brisent la vie familiale et professionnelle, du temps de sommeil qui a baissé de une heure en trente ans, de l’incapacité grandissante de la France à produire suffisamment d’électricité, des pannes de plus en plus fréquentes sur les lignes TGV, etc.?

La France et l’Europe ont besoin d’un New Deal et l’effondrement du système monétariste de Maastricht est l’occasion que nous offre l’histoire pour établir un système de crédit public productif qui remette l’investissement, la science et l’humain au cœur de la croissance économique. Si nous pensons en mode « Lagarde », nous serons dévorés à la sauce euro. Mais si nous osons rompre avec la règle du jeu, c’est une révolution qui nous attend.


Passez à l’offensive : notre liste « Bretagne, phare du nouveau monde » aux régionales


Voir les 4 commentaires

  • petite souris • 13/02/2010 - 12:09

    Est-ce volontaire ce S en trop ?

    • joe • 14/02/2010 - 11:34

      La crise grèque est une manipulation orchestrée par les financiers et leurs pantins politiques dans le but de contraindre la Grèce à accepter la tutelle de l’oligarchie financière et justifier la mise en place d’un Gouvernement supranational européen ( dit "gouvernement économique européen").

      Jean Claude Junker admet dans le quotidien suisse le Temps qu’ils ont utilisé les marchés pour contraindre la Grèce à accepter la tutelle de l’Europe. Il admet que le plan était prêt depuis longtemps et qu’il a été soumis simplement au Conseil de l’Europe pour approbation...
      http://www.mecanopolis.org/?p=13805&type=1

      La seule solution, c’est de revenir à la monnaie ancienne ( et établir le système de crédit public) et sortir de l’Union européenne.

    • Volapuk • 15/02/2010 - 17:12

      lagarde est une "bildelberg", CAD soumis au bon vouloir des banquiers. Ces gens n’ont que faire du chomage et de l’effondrement progressif de l’économie. Dire qu’en 1970 Pompidou avait cru à une guerre civil quand les premiers 100 000 chomeurs étaient apparus sur le marché du travail ! On est très loin des inquietudes de l’époque et c’est la preuve que le chomage technique comme valeur d’ajustement économique est passé sous contrôl des Etats. Ces messieurs dames avec le dispositif securitaire qu’il renforce chaque jours un peu plus, peuvent s’accrocher à la barre, ils croivent ne rien risquer ! Il est tant d’aller les chercher avec la peau de leur arrière train avant que l’appareil repressif ne soit infranchissable !!!

    Répondre à ce message

  • ? • 14/02/2010 - 09:31

    Elle meurt mais ne se rend pas !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide