Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Crise alimentaire : 82 pays affirment le principe de souverainté économique

La rédaction
visites
919

21 mai 2008 (Nouvelle Solidarité) - C’est maintenant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui doit se prononcer sur la crise alimentaire lors d’une réunion spéciale jeudi à Genève, convoquée à la demande de 82 pays. "Le monde peut produire suffisamment de nourriture pour nourrir le double de la population mondiale" rappelle le communiqué, et donc si "la famine n’est pas une fatalité ; c’est une violation des droits de l’homme."

Le communiqué appelle à "une action coordonnée de la communauté internationale, en vertu de l’obligation, pour tous les États, de garantir le droit à une alimentation adéquate" et place ainsi le droit des peuples et des nations à se gouverner, y compris économiquement, au dessus des "règles internationales" imposées par des organisations illégitimes comme l’OMC, l’UE du traité de Lisbonne ou les marché à terme, où les prix agricoles du monde entier sont déterminés par des spéculateurs financiers. C’est au nom de ce principe que dans son manifeste "Nourriture pour la paix : doubler la production alimentaire mondiale" , Helga Zepp-LaRouche appelle les nations à se mettre d’accord dés la conférence de la FAO à Rome début juin pour dissoudre l’OMC et instaurer un nouvel ordre économique plus juste.

Suivre notre campagne

Contactez-nous !