Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Crise automobile américaine :
GM vent sa filiale financière GMAC

La rédaction
visites
1022
commentaire

Le 3 avril, General Motors a vendu 51 % de son unité financière GMAC à un groupe dirigé par le grand hedge fund Cerberus Capital Partners. La direction arguait que cela permettrait de rehausser la notation de GMAC, mais peu après l’annonce de la transaction, les trois grandes agences de notation ont déclaré que sa note resterait au niveau « poubelle ».

La presse a parlé d’un contrat se montant à 14 milliards de dollars, mais en réalité, après différents transferts internes, GM ne recevra que 7,5 milliards pour sa participation majoritaire dans GMAC, communément estimée entre 11 et 15 milliards de dollars l’automne dernier, ainsi que pour une unité qui rapportait un dividende annuel d’environ 2,5 milliards à GM.

Cerberus est partout connu pour être un requin financier. Par conséquent, les titres de GM ont chuté fortement à l’annonce de la vente, les obligations à 30 ans atteignant un plancher de 71,75 cents. Il est d’ailleurs précisé que la vente sera annulée si l’organisme public de garantie des retraites (PBGC) n’accepte pas de libérer GMAC de toutes les obligations contractées par GM en matière de retraite.

Entre-temps, la crise à GMAC continue de déstabiliser le marché des produits dérivés de crédit. Dans son rapport mensuel publié le 3 avril, le GFI Group constate que les contrats dérivés sur défaut de GMAC ont été les plus vendus pour le troisième mois consécutif. En deuxième position arrive GM, et en cinquième, Ford Motor Credit.

Quelques jours plus tôt, la direction de l’équipementier Delphi avait fait connaître son intention de ne pas respecter ses contrats de travail ni la défense de ses capacités productives. Face à cette situation, Lyndon LaRouche a reproché au Congrès de n’avoir rien fait depuis plus d’un an pour arrêter la destruction de l’industrie automobile. « Nous nous trouvons maintenant devant un désastre qui aurait pu être évité. Le Congrès devrait procéder à un examen de conscience. »

Contactez-nous !

Don rapide