Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Crise des missiles : Medvedev tend la main à Obama

La rédaction
visites
1604

13 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Avec sa photo à la « une » du Figaro, le président russe Dmitri Medvedev, dans une interview exclusive, se dit prêt d’abandonner sa décision de déployer des armes nucléaires à Kaliningrad si le nouveau président américain renonce à implanter en Pologne un bouclier antimissile.

Medvedev souligne d’abord le fait que la raison d’être de son discours du 5 novembre, généralement présenté dans les media occidentaux comme une tentative de « gâcher la fête » au lendemain de l’élection de Barack Obama, n’était « pas liée aux élections aux Etats-Unis ou à des évènements internationaux particuliers ».

Medevedev a voulu dénoncer le fait que « la décision de l’actuelle Administration américaine de déployer un système de défense antimissile sans avoir obtenu le consentement de l’Europe ni de ses partenaires de l’Otan est un vrai problème. Nous avons posé à plusieurs reprises des questions claires à nos partenaires américains : à quoi vous sert ce système ? Qui vise-t-il Sera-t-il efficace ? Nous n’avons pas reçu de réponse appropriée. Mieux, nous avons fait des propositions sur un système de sécurité globale, nous avons offert d’utiliser nos systèmes radar ainsi que les systèmes de nos proches alliés comme l’Azerbaïdjan, sans être entendus. Nous ne pouvons pas ne pas réagir au déploiement unilatéral des missiles et des radars. »

« Mais nous sommes prêts à abandonner cette décision de déployer des missiles à Kaliningrad si la nouvelle Administration américaine, après avoir analysé l’utilité réelle de ce système pour répondre à des « Etats voyous », décide d’abandonner son système antimissile. La première réaction des Etats-Unis montre que la nouvelle Administration réfléchit là-dessus. Nous sommes prêts à négocier sur une ‘option zéro’. Nous sommes prêts à réfléchir à un système de sécurité globale avec les Etats-Unis, les pays de l’UE et la Fédération de Russie. »

« Quant à mes relations personnelles avec le président élu Barack Obama, je peux dire que j’ai eu un bon entretien au téléphone avec lui. Nous espérons bien créer des relations franches et honnêtes et résoudre avec la nouvelle Administration les problèmes que nous n’avons pas réussi à régler avec l’Administration actuelle. »

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !