Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Cybergénétique : Un fichage pour 999$ sur internet

La rédaction
visites
778
commentaire

6 novembre 2007 (Nouvelle Solidarité) - La société californienne 23andMe (le nom renvoie aux paires de chromosomes du génome humain) propose un test ADN via internet. Grâce à un prélèvement salivaire, les clients de 23andMe pourront obtenir pour la modique somme de 999 dollars non seulement des indications sur les gènes des maladies dont ils seraient potentiellement porteurs, mais aussi leurs origines ethniques génétiques (sic) et les petites manies [génétiques encore] qui agacent leur entourage. 23andMe pense ainsi fidéliser une clientèle en partenariat avec les universités et des organismes de recherche pharmaceutique.

Selon le journal San Francisco Chronicle , 23andMe a été créé il y a 18 mois par Anne Wojciki, spécialiste des investissements dans le secteur de la santé et épouse du cofondateur de Google Sergey Brin, et Linda Avey, qui a longtemps travaillé dans le secteur biopharmaceutique. Le lancement de la start-up a été financé par Google et par le géant pharmaceutique américain Genentech. On peut voir immédiatement la manne financière attendue par les investisseurs financiers de la start-up.

Il faut ajouter que dans un monde de contrôle policier, ces données pourraient être détournées à des fins politiques. D’ailleurs, conscient du problème, l’auteur de l’article précise : « Ces données génétiques personnelles ne seront en aucun cas revendues, affirment les deux cofondatrices de 23andMe, et des dispositifs de sécurité en ligne garantiront leur confidentialité ». Le rédacteur s’inquiète en effet « des conséquences que peut avoir la divulgation de données génétiques en termes de discrimination au travail ou d’assurance santé ». Evidemment... et surtout dans un avenir proche où chaque individu de cette planète devra posséder un passeport électronique où seront rassemblées les données biométriques (empreinte digitale, signature de l’iris et/ou numérisation de la face) ; le fichage par ADN ne serait réservé, pour l’instant, aux seuls délinquants et grands criminels. Les données seront rassemblées dans divers fichiers séparés, mais elles pourraient même être réunies dans un fichier central à la demande d’organismes publics ou privés.

Suivant les accords présents et à venir entre les Etats possédant ces données, celles-ci deviendraient alors accessibles à divers organismes nationaux ou internationaux, surtout lorsque des sociétés privées organisent la collecte des données passant au dessus des réticences des citoyens.

Nos articles sur le même sujet :
-  Flicage biométrique et nouvelle gouvernance mondiale fasciste
-  Caractère libéral financier : inné ou acquis ?

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 juillet le monde
en devenir

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide