Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

DSK emboîte le pas à Trichet : les nations doivent disparaître

La rédaction
visites
1703

22 novembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Le quatuor des collabos français de haut niveau a encore frappé. Après l’appel de Jean-Claude Trichet (BCE) à en finir avec les Etats-Nations souverains, c’est Dominique Strauss-Khan (FMI) qui prend position pour le démantèlement des républiques. Vendredi à Francfort, lors de l’European Banking Congress, aux côtés de Trichet et d’un Ben Bernanke qui vient de lancer la Réserve fédérale dans une politique diabolique d’hyperinflation, le président supranational-socialiste du FMI a appelé à confisquer le dernier reste de souveraineté des nations européennes :

« Le système de pression des pairs n’a pas très bien servi l’Europe. Il est temps de changer d’orientation. Le centre doit s’emparer des initiatives dans tous les domaines, notamment en matière de politique financière, économique et sociale. Les pays membres doivent accepter de conférer une plus grande autorité aux institutions centrales (…) la solution la plus ambitieuse serait de créer une autorité budgétaire centralisée avec un indépendance politique comparable à celle de la Banque centrale européenne. Cette autorité établirait pour chaque pays sa politique budgétaire et allouerait des ressources à partir d’un budget central. (…) [il faudrait] enlever au Conseil européen [qui réunit les exécutifs de chaque Etat-membre] la responsabilité de veiller à la discipline budgétaire des pays membres. Ce qui aurait l’avantage de réduire le risque d’interférence des intérêts nationaux. A la place, la Commission européenne, en tant que gardienne des traités, pourrait jouer ce rôle. Une institution séparée et indépendante pourrait aussi fonctionner (…) Cela veut dire d’aller au delà du budget européen tel qu’il est réalisé aujourd’hui et de créer, par exemple, des ressources communautaires plus larges à l’instar d’une TVA européenne ou d’une taxe carbone. »

Par le biais de ses hommes de main, l’empire financier en faillite surfe sur la panique en zone euro pour achever son scénario de fin des nations, prédateurs naturels de toute oligarchie. C’est une question de survie, comme les cas grec et maintenant irlandais le montrent : soit nous liquidons les banques spéculatrices et leurs avoirs toxiques, soit ce sont les nations et les peuples qui seront liquidés.


VIDEO : Sauver les nations, Mettre en faillite les spéculateurs - Intervention de J.Cheminade


Contactez-nous !