Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

De nouveaux plans de licenciements dans les entreprises américaines

La rédaction
visites
685

Maintenant que le mythe de la « nouvelle économie » a volé en éclats, le secteur des affaires est marqué par une chute des bénéfices, des vagues de licenciements et une première série de faillites de grande ampleur. Durant la semaine qui a suivi Pâques, de nombreuses sociétés ont annoncé de nouvelles suppressions d’emploi. Toutefois, il ne s’agit là que de la partie visible de l’iceberg, puisque cela entraînera aussi d’autres licenciements parmi les PME qui sont leurs fournisseurs ou sous-traitants :

  • Eastman Kodak, numéro un du matériel photographique aux Etats-Unis, va licencier entre 3000 et 3500 travailleurs.
  • Cisco Systems, premier producteur d’équipement internet dans le monde, compte supprimer 8500 emplois suite à une baisse de 30 % de ses ventes au cours du premier trimestre 2001. Son PDG, John Chambers, a parlé de « déluge du siècle » pour décrire ce que subissent les secteurs « technologiques » américains et mondiaux. Le déclin « risque d’être le plus rapide qu’ait jamais connu une industrie de notre taille ».
  • Chez Hewlett-Pakard, deuxième producteur d’ordinateurs, ce sont 3000 emplois qui vont disparaître. Son PDG, Carly Fiorina, a déclaré : « A ce point, il est clair que le déclin constaté sur le marché américain de la consommation s’étend à d’autres régions, notamment l’Europe. »
  • Texas Instruments, numéro un mondial de puces électroniques pour téléphones mobiles, va licencier 2500 travailleurs suite à la chute prolongée de l’ensemble des ventes de téléphones mobiles. Les commandes ont baissé de 37 % au premier trimestre 2001 par rapport au premier trimestre 2000. Le directeur financier de Texas Instrument, Bill Aylesworth, a déclaré : « C’est la plus forte décélération qu’ait connue l’industrie de semi-conducteurs. »
  • Honeywell International, fournisseur de l’armée et producteur industriel, a vu ses résultats chuter de 91 % au cours du premier trimestre, l’amenant à supprimer 65 000 emplois.

Entre-temps, selon les statistiques officielles du gouvernement américain, l’économie aurait perdu 86 000 emplois en mars, soit le chiffre le plus élevé depuis novembre 1991. Toutefois, ces chiffres officiels sous-estiment fortement la situation réelle de l’emploi. En effet, il ressort des dernières statistiques du ministère du Travail que les entreprises de grande taille ont réduit leurs effectifs en mars de 226 000 personnes. Mais comme ce ministère n’est pas en mesure de fournir de chiffres exacts sur la situation de l’emploi dans les PME, il suppose d’office que ces sociétés ont créé 140 000 emplois en mars. Quand on sait quel impact les problèmes des grandes entreprises peuvent avoir sur leurs fournisseurs et sous-traitants, cette « supposition statistique » ne relève pas seulement d’un optimisme irrationnel mais d’une escroquerie. Comme l’a fait remarquer le 10 avril le rédacteur économique du New York Post, John Crudele, il serait plus réaliste de supposer qu’en mars, les PME ont supprimé 140 000 emplois. Dans ce cas, « 366 000 emplois auraient disparu au cours de ce mois-là », en conclut Crudele, quatre fois plus que ce que le gouvernement admet officiellement.

Contactez-nous !