Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

De plus en plus de soutiens pour la « doctrine LaRouche »

La rédaction
visites
776

Après le dirigeant sunnite irakien, le Dr Ahmed AL-Kubaisi, d’autres personnes ont apporté leur soutien à la doctrine LaRouche et de nombreux médias arabes ont répercuté ce concept stratégique.

Le 29 avril, LaRouche était invité sur le site internet populaire IslamOnLine pour répondre à des questions provenant de l’ensemble du monde musulman sur sa stratégie de paix en Irak. Quelques jours auparavant, le professeur Mohamed Selim, directeur du Centre des études asiatiques à l’université du Caire, avait exprimé son « adhésion pleine et entière » à cette idée.

Plusieurs diplomates arabes en poste en Europe et d’importants journalistes arabes nous ont rapporté qu’ils allaient promouvoir la doctrine LaRouche auprès de leurs gouvernements et médias. Une pétition circule parmi des militants politiques et des journalistes dans la région du Golfe et en Egypte, déclarant : « Je, soussigné, (...) soutiens la doctrine LaRouche, destinée à mettre fin à la politique américaine de guerre en Irak et dans la région, à assurer le retrait ordonné et en toute sécurité des troupes d’occupation américaines, à formuler une nouvelle politique étrangère vis-à-vis de l’Asie du Sud-Ouest. (...) et à favoriser les intérêts communs des peuples de la région et des Etats-Unis, sur la base de la coopération, du respect mutuel de la souveraineté et de l’indépendance de toutes les parties . »

Le 3 mai, le Dr Mostafa Ali Al-Bazergan, du Centre d’information et de recherche irakien à Londres, a déclaré : « En mon nom, en tant que président du Centre d’information et de recherche irakien, et au nom de mes collègues du conseil exécutif, j’exprime notre soutien au contenu de la "doctrine LaRouche" et aux aspects qui assurent les intérêts du peuple irakien et la fin de l’occupation américaine de l’Irak, de façon à protéger les intérêts des deux parties et à établir des relations équilibrées et mutuelles basées sur le principe du dialogue et de la compréhension. » Le Dr Al-Bazergan est le petit-fils du héros de la révolution irakienne anti-britannique de 1920, Ali Al-Bazergan.

Le 3 mai, la chaîne libanaise New Television (NTV) a présenté la doctrine LaRouche et, deux jours plus tard, a interviewé le Dr Mostafa Al-Bazergan, qui a appelé à « lancer des discussions sérieuses sur la doctrine LaRouche dans la région et au niveau international ».

Un article de Hussein Askary, de l’EIR, sur la doctrine LaRouche a été publié dans les journaux et sur les sites internet d’informations arabes, tels que Middle East Online, basé à Londres, le bulletin quotidien syrien Al Syria, Al-Wasat (Bahreïn), Tahrir.net (Egypte), Al-Ourdun (Jordanie), etc.

La doctrine LaRouche a été présentée au Qatar les 4 et 5 mai par Jacques Cheminade, président de Solidarité et Progrès en France, invité à prononcer un discours devant le Centre de recherches et d’études arabes qataries. Dans sa présentation de 40 minutes, Cheminade a présenté une stratégie de sortie pour les forces américaines en Irak, ainsi que pour la crise financière et économique internationale. Le lendemain, tous les journaux du Qatar ont fait état de son discours. En outre, Al-Watan a publié une longue interview avec lui.

Mise à jour du 18 mai

La « doctrine LaRouche » présentée à une conférence au Caire

Lors de la conférence annuelle du Centre des études asiatiques de l’université du Caire, le 13 mai, Muriel Mirak Weissbach, proche collaboratrice de Lyndon LaRouche, a exposé la « doctrine LaRouche pour l’Asie du Sud-Ouest » devant des membres de l’institut et de nombreux diplomates, journalistes et étudiants. En présentant Mme Mirak-Weissbach, le professeur Mohammed Selim a souligné, tout d’abord, que LaRouche défend une politique économique sans équivalent - celle du Pont terrestre eurasiatique. LaRouche, l’homme politique américain le plus pro-arabe, a tout fait afin d’empêcher la guerre d’Irak et se bat à présent pour une solution tout à fait crédible pour la région. Le professeur Selim a rappelé certaines propositions de LaRouche : le rétablissement de la Constitution irakienne de 1958, la fin de l’occupation militaire de l’Irak et une nouvelle vision pour l’Eurasie, basée en partie sur ses bonnes relations avec la Chine.

Muriel Mirak-Weissbach a commencé par décrire la crise économique mondiale, qui sert de toile de fond à la crise stratégique et justifie la politique de guerre permanente suivie par Dick Cheney et ses amis néoconservateurs. La première priorité, dit-elle, est donc une réforme financière et la réalisation du Pont terrestre eurasiatique, comprenant le développement de l’Asie du Sud-Ouest. Présentant ensuite point par point la doctrine LaRouche, elle a évoqué les moyens de la mettre en œuvre. Sur la scène politique américaine, comme elle l’a rappelé, LaRouche doit, soit remporter l’investiture présidentielle démocrate, soit exercer une influence déterminante sur John Kerry. Le soutien international dont jouit la doctrine LaRouche joue déjà un rôle dans le processus de délibération au sein du Parti démocrate américain.

Sa présentation a été suivie d’une longue période de discussion, avec de nombreux commentaires et questions. L’un des intervenants s’est félicité de ce que l’opposition à la politique américaine en Egypte ne se soit pas transformée en un anti-américanisme aveugle, car les Egyptiens sont capables de faire la différence. Un autre voulait connaître les chances électorales de Lyndon LaRouche, mais la majorité s’intéressait plus aux perspectives économiques, surtout à la lumière des relations arabo-chinoises ou de celles des pays arabes avec les Etats-Unis et l’UE.

Contactez-nous !