Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Début de panique en Allemagne, les autorités reconnaissent la faillite d’IKB comme « la pire crise bancaire depuis 1931 »

La rédaction
visites
2819

Jochen Sanio, le président de l’autorité financière allemande (BAFIN) a déclaré que l’intervention de la banque KfW (l’équivalent de la Caisse des dépôts et consignation française) pour sauver la banque IKB a permis d’éviter

2 août 2007 (LPAC) - Jochen Sanio, le président de l’autorité financière allemande (BAFIN) a déclaré que l’intervention de la banque KfW (l’équivalent de la Caisse des dépôts et consignation française) pour sauver la banque IKB a permis d’éviter « la crise bancaire la pire depuis 1931. » (Ils n’ont encore rien vu !) Cette situation fait aujourd’hui la Une des journaux européens. Le plus intéressant dans ces déclarations, c’est que l’intervention a eu lieu dimanche lors d’une réunion d’urgence à Francfort entre la BAFIN et certaines grandes banques, mais les médias n’en ont été informés que mercredi soir.

Dimanche, les banques privées allemandes ont été appelées à la rescousse de KfW afin de mettre la main au pot pour un renflouement express d’IKB, ce qui montre l’ampleur de cette faillite. Si certains, comme s’il s’agissait d’une simple affaire germano-allemande, ont essayé de faire porter le chapeau au président d’IKB pour avoir dissimulé la gravité de la situation, cela n’a en réalité aucun sens puisque c’est la filiale d’IKB, Rhineland Funding Fund, qui a été piégée dans le mælstrom des subprime américain. RFF opérait dans l’état du Delaware avec un capital de 500 dollars (sic !), mais avait organisé pour au moins 12,7 milliards d’euros de paris sur le marché immobilier à risque, au vu et au su de tous.

Il y a un détail croustillant dans cette affaire : Rhineland Funding avait baptisé son activité immobilière « Loreley financing » en référence à la légendaire sirène du Rhin dont les chants ont fait succomber plus d’un marin à son charme, les amenant à se crasher sur les falaises avoisinantes.

Brève contenue dans : Le Krach d’août 2007 : pendant les vacances, le système financier se désintègre

Contactez-nous !