Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Défense européenne : Londres demande à Sarkozy d’abattre ses cartes

La rédaction
visites
1345

Le 21 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) — Au cours de son voyage à Londres, du 26 au 28 mars prochain, Nicolas Sarkozy devra-t-il ramper pour obtenir que la France rejoigne le commandement intégré de l’OTAN en échange de la création d’un pilier européen de la défense au sein de l’organisation transatlantique ?

C’est bien l’impression qu’on a à lire l’article de Julian Borger paru dans le quotidien britannique, The Guardian, du 20 mars. Le journal rapporte que la proposition française pour la création d’un pilier européen de la défense n’a rencontré que du « scepticisme » de la part du premier britannique, Gordon Brown. Les autorités françaises « déploreraient » même qu’il ait été extrêmement difficile d’organiser des rencontres avec le Premier ministre et son équipe, et ne cachent pas leur « déception » quant aux réactions mitigées venant de l’autre côté de la Manche

Selon le même quotidien, les britanniques exigeraient que Nicolas Sarkozy abatte ses cartes sur ses projets visant à renforcer la présence militaire française en Afghanistan et clarifie davantage sa vision de la défense européenne, avant de se prononcer sur l’ensemble de ses propositions. Nicolas Sarkozy qui compte dévoiler ses intentions lors du sommet de Bucarest, le 2 et 4 avril prochain, serait prêt à évoquer la question en privé avec Gordon Brown au cours de son voyage.

L’un des sujets majeurs de désaccord serait l’exigence de la France que ce pilier européen, prenne la forme d’un commandement européen autonome, ce que les anglais refuseraient totalement sous prétexte qu’il ferait double emploi. C’est l’excuse que les Anglais et leurs alliés Américains ont toujours opposé aux propositions françaises allant dans ce sens, craignant que cet allié « peu fiable » ne prenne du galon au sein de ce si select club militaire à deux têtes.

Les Britanniques sont toujours prêts cependant à faire des arrangements, surtout quand ceux-ci leur permettent d’exprimer le mépris profond qu’ils éprouvent pour leurs alliés continentaux. Alastair Cameroun, un expert de la sécurité européenne à l’Institut Royal des Services Unis, cité par The Guardian, propose qu’à la place de ce pilier européen imaginé par la France, soit créée une « cellule stratégique européenne » spécialisée dans la reconstruction des pays après les conflits ! Ainsi, il reviendrait à l’OTAN de déverser les tapis des bombes contre les « Etats voyous » qui menacent l’ordre dominé par les Anglais et leurs alliés aux Etats-Unis, et aux Européens de faire face à des situations telles que le « merdier » Afghan comme le chef d’état-major des armées, le général Jean-Louis Georgelin l’aurait qualifié récemment parlant à son cabinet, à en croire le Canard Enchaîne de cette semaine.

Tout ceci serait le prix à payer pour ce nouvel axe Paris/Londres souhaité, selon la même source, par Nicolas Sarkozy, qui avec les Etats-Unis serait le seul à pouvoir faire « masse critique » en matière de défense et sécurité à l’échelle internationale. Albion, toujours aussi perfide !

Contactez-nous !