Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Déficits records pour les balances commerciale et de paiements courants

La rédaction
visites
667

Le 14 décembre, le département du Commerce a annoncé qu’aux Etats-Unis la balance des paiements courants accusait un nouveau déficit record de 89,95 milliards de dollars pour le troisième trimestre. Aux premier et deuxième trimestres, il avait été successivement de 68,7 et 80,9 milliards, ce qui donne un total de 239,5 milliards pour les trois premiers trimestres de 1999. Si cette tendance devait se poursuivre, les Etats-Unis enregistreraient un déficit de la balance des paiements courants compris entre 320 et 330 milliards de dollars pour l’ensemble de l’année 1999. La balance des paiements courants est la somme de la balance du commerce des biens et des services et de celle des transferts unilatéraux nets.

Pour ce qui est du déficit commercial, il était de 54 milliards de dollars au premier trimestre, de 65,1 milliards au deuxième et de 73,8 milliards au troisième, soit un total de 192,9 milliards pour les neuf premiers mois de l’année. Cela représente environ 80,5 % (4/5e) du déficit de la balance des paiements courants pour la même période.

Selon les statistiques rendues publiques le 17 décembre par le département du Commerce, le déficit commercial mensuel a atteint, pour octobre, un record de 26 milliards de dollars, supérieur de 7,4 % au résultat de septembre.

Néanmoins, les capitaux arrivant aux Etats-Unis de l’étranger permettent d’améliorer la situation. Au cours du troisième trimestre, les étrangers ont augmenté de 207,2 milliards de dollars la valeur de leurs actifs aux Etats-Unis, tandis que les investissements américains à l’étranger n’augmentaient que de 101,5 milliards. La différence de 105,7 milliards a joué un rôle important.

Les 207,2 milliards de dollars venant de l’étranger se répartissent de la façon suivante :

  • investissement étranger direct : 44,5 milliards, se traduisant notamment par l’achat de sociétés américaines
  • achats de créances (surtout bancaires) : 31 milliards
  • achats d’actions : 24,1 milliards
  • achats d’obligations de sociétés américaines : 69 milliards ;
  • achats de bons du Trésor : 9,7 milliards
  • autres : 28,9 milliards.

Plus les étrangers achèteront d’actifs américains, plus les Etats-Unis auront à verser en retour des dividendes, ce qui creusera encore davantage le déficit de la balance des paiements courants. En outre, si les balances commerciale et des paiements courants continuent d’être déficitaires et que les investisseurs étrangers, dans un accès de fébrilité, réduisent fortement ou même retirent leurs investissements, les Etats-Unis se trouveront dans l’impossibilité d’équilibrer leurs comptes. Cela pourrait avoir deux conséquences catastrophiques : 1) une grave crise du dollar ; 2) l’impossibilité pour les Etats-Unis de financer leurs importations, révélant ainsi la faiblesse de l’économie réelle américaine.

Contactez-nous !