Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Démanteler l’hôpital public pendant une pandémie ?

La rédaction
visites
1331
commentaires

16 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – Alors que médecins et personnels hospitaliers étaient dans la rue jeudi pour arrêter la loi Bachelot, qui menace de démanteler l’hôpital public en le soumettant à une gestion purement financière, les plans de contingence des autorités françaises révèlent qu’en cas de pandémie grippale provoquée par un type de virus nouveau, les capacités d’accueil des établissements de soins seraient rapidement saturés et l’ensemble du système de santé se retrouverait désorganisé.

Depuis octobre 2004, les autorités françaises ont conçu des plans de contingence en cas de pandémie grippale, particulièrement s’il s’agissait d’ « un nouveau virus grippal contre lequel l’immunité de la population est faible ou nulle ». Voici ce que dit la quatrième version, datée du 20 février 2009, du « Plan national de prévention et de lutte ’Pandémie grippale’ », publiée par le bureau du Premier ministre et du Secrétariat Général de la Défense nationale :

« La cinétique et l’impact d’une pandémie ont été modélises par l’Institut de veille sanitaire sur la base des pandémies historiques. En l’absence d’intervention sanitaire, le bilan français pourrait s’établir de 9 à 21 millions de malades, et de 91 000 à 212 000 décès en fin de pandémie. 500 000 à un million de personnes pourraient développer des complications nécessitant leur hospitalisation.

« Outre son impact sanitaire majeur, une pandémie pourrait provoquer durablement : 1) une désorganisation du système de santé en raison de la saturation rapide des services de soins ; 2) des difficultés graves pour certains secteurs d’activités d’importance vitale ou d’autres services essentiels au fonctionnement de la société et de l’Etat en période de pandémie ; 3) une désorganisation de la vie sociale et économique. »

Si ces estimations sont calculées dans le cas d’« absence d’intervention sanitaire », la faible connaissance du virus A-H1N1 par les scientifiques, le délai de production du vaccin ainsi que la limitation de cette capacité de production, ne permettent pas de penser que la pandémie actuelle épargnerait un pays comme la France. De surcroît, selon les derniers chiffres disponibles, le nombre de lits dans les hôpitaux publics de l’hexagone est passé de 348 301 en 1992 à 294 802 en 2004.

Contrairement à la volonté actuelle de rentabilisation de l’hôpital public qui sous-entend un taux d’occupation des lits de 100%, une véritable politique de santé publique et de population doit prévoir en permanence 15% de lits inoccupés, ainsi que le personnel qui va avec. MM. Sarkozy et Fillon devraient au moins se réveiller, s’ils ne veulent pas perdre leurs électeurs dans une éventuelle pandémie.

A lire Santé et population : Qui veut euthanasier l’hôpital public ?

Voir les 4 commentaires

  • Colbert_ • 18/05/2009 - 21:09

    Rassurez-vous M. Sarkozy a déjà perdu un grand nombre de ses électeurs !
    Il démantèle un peu trop !
    Et les hôpitaux ne pourraient rien faire pour enrayer cette pandémie, même si le gouvernement renonçait à leur démantèlement.

    Répondre à ce message

  • Miguel • 16/05/2009 - 19:58

    J’ai bien rigolé à la fin de l’article, sur l’éventuel anéantissement de l’électorat !

    • jonsnow • 18/05/2009 - 03:15

      ce genre de questions devraient être au centre du débat public (en période de réforme en plus) or on ne l’entend pas !!
      Tout comme l’enquête sur la recherche des causes et des responsables de la crise financière que monsieur Le Président voulait de tout son coeur... on l’attend tjs cette enquête !!

    Répondre à ce message

  • dra • 18/05/2009 - 00:13

    Encore une preuve que nos "chefs" nous prennent vraiment pour des c..............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide