Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Dépeçage de l’industrie automobile : le rôle de Rohatyn

La rédaction
visites
1288

Le 8 juin, le Comité d’action politique (PAC) de Lyndon LaRouche a publié un dossier de douze pages : Rohatyn : la connexion avec les nazis français, qui expose les crimes de ce banquier synarchiste et « faiseur de roi » au sein du Parti démocrate, notamment son rôle dans le démantèlement de l’industrie automobile. Dans une déclaration faite le 7 juin, LaRouche résume les accusations portées contre lui :

FAIT : les éléments recueillis prouvent que Rohatyn joue un rôle de tout premier plan dans la tentative de détruire les Etats-Unis et leur économie à travers le démantèlement du secteur de la machine-outil, ancré dans l’industrie automobile, notamment chez les « trois géants ».

FAIT : l’influence et les actions de Rohatyn dans ce domaine montrent, de manière concluante, qu’il incarne l’extension moderne de cette Internationale synarchiste qui fut à l’origine de l’avènement des régimes fascistes de Mussolini, d’Hitler et de Franco dans la période 1922-45 et qui les contrôlait sur le plan économique. Alors que la Banque d’Angleterre, représentée par des bailleurs de fonds d’Hitler comme Montagu Norman et Brown Brothers Harriman, jouait un rôle important dans la mise au pouvoir d’Hitler, l’instauration de ce régime fasciste était contrôlée par certains cercles anglo-français, représentés en France par Lazard Frères, de l’Internationale synarchiste, ainsi que par ses filiales et associés à Londres et à New York.

Rohatyn est non seulement l’héritier de personnalités de Lazard Frères comme André Meyer, il représente aussi les méthodes et politiques utilisées par l’Internationale synarchiste pour créer les régimes de Mussolini, d’Hitler et de Franco. Comme les banquiers synarchistes de l’époque, il éprouve la même haine vis-à-vis de la République fédérale des Etats-Unis et du président Franklin Roosevelt.

CONCLUSION : Ceux qui, après avoir pris connaissance des preuves nécessaires, persistent à s’associer aux projets de Rohatyn, tombent dans la catégorie des Quisling, si ce n’est pire.

Délocalisation de Delphi : le crime de Felix Rohatyn

Parmi les documents versés au dossier Delphi devant le Tribunal des faillites de New York, on reconnaît clairement la signature de Felix Rohatyn - ennemi de longue date de Lyndon LaRouche - au bas du plan daté du 1er mai 2005, qui prévoit la délocalisation de l’équipementier géant, la suppression de milliers d’emplois et une réduction drastique des salaires et des avantages sociaux. Ces documents, entre autres, montrent sans conteste que ce sont Rohatyn Associates et Rothschild, Inc., par le biais de Rohatyn lui-même, qui ont provoqué la débâcle de Delphi et planifié sa « globalisation par la faillite », pour reprendre les termes du Business Week dans son numéro du 24 avril.

Le plan élaboré pour Delphi (baptisé « Northstar » par ses concepteurs) a servi de modèle et de détonateur à d’autres mises en faillite et fermetures dans l’automobile et d’autres industries américaines. Il signalait « la fin de l’automobile » et la destruction de la classe moyenne aux Etats-Unis, comme le notait Henry Reichard, principal négociateur du syndicat IUE, mort subitement le 6 juin dernier. Ce plan est surtout associé au nom de l’actuel PDG de Delphi, Robert « Steve » Miller, spécialement nommé à ce poste pour diriger le dépôt de bilan, mais c’est Rohatyn qui l’a lancé.

Dans le cadre de ce plan, l’équipementier est en passe de fermer vingt-et-une de ses principales usines de pièces détachées et de délocaliser l’ensemble de sa production. La débâcle de Delphi a ouvert la voie au démontage de tout le secteur et, depuis avril au minimum, on assiste à la vente aux enchères de certaines usines automobiles et de leurs machines-outils. En l’espace de 45 jours, 30 000 ouvriers du secteur automobile ont perdu leur emploi et les dégâts continuent. La réaction du Congrès s’est limitée à la création d’une « commission automobile » et d’une « commission industrielle » - mais on déplore toujours le manque d’action positive pour arrêter la casse.

Depuis 2005, Rohatyn est intervenu à de nombreuses reprises auprès du Congrès pour proposer des « corporations d’infrastructure privées » afin de torpiller le plan élaboré par LaRouche pour sauver les capacités industrielles de l’automobile, grâce à leur mise sous protection par décision du Congrès et à l’octroi de crédits pour reconvertir une partie des équipements dans la production d’autres éléments d’infrastructure.

Contactez-nous !