Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Derrière l’augmentation du prix du pétrole

La rédaction
visites
672

Au cours des onze derniers mois, les prix moyens du pétrole brut sur les marchés mondiaux ont augmenté de quelque 340 %. L’un des facteurs de cette hausse est sans aucun doute la décision prise par l’OPEP en avril 1999 de réduire les quotas de production. Mais il est absurde de prétendre - comme le font les « experts » et les médias - que cette décision en est la « cause » principale. D’abord, il y a de nombreux pays producteurs qui ne sont pas membres de l’OPEP. Ensuite, les prix continuent de monter à la fin de la saison hivernale dans l’hémisphère Nord. Enfin, la consommation du pétrole au cours de cet hiver a été bien plus faible que prévue.

La véritable cause réside dans l’inflation des prix des titres financiers constatée depuis quelques mois et qui s’étend maintenant aux matières premières : énergie, métaux de base, produits alimentaires. Les prix de l’immobilier augmentent d’ailleurs aussi. Telle est l’analyse de l’économiste Lyndon LaRouche qui commentait récemment que l’« on constate une hyperinflation globale des prix des titres, dont les cours du pétrole sont surtout un reflet, quelles que soient par ailleurs les spécificités temporaires du marché ».

Cette analyse a été indirectement confirmée par le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, qui a déclaré le 8 mars à la télévision iranienne, lors de négociations préalables à la conférence de l’OPEP du 27 mars, que c’était la spéculation, et non une quelconque pénurie du pétrole brut, qui était à l’origine de la montée des prix. « A mon avis, c’est dû à l’activité spéculative des compagnies. Elles forcent les prix à la hausse. L’augmentation des prix n’est pas due aux conditions fondamentales du marché. »

En, effet, les milieux financiers bien informés des deux côtés de l’Atlantique, et dans certaines parties d’Asie, conscients des conséquences qu’aura l’éclatement de la plus grande bulle spéculative de l’histoire, se retirent discrètement des titres purement financiers pour investir, à l’aide de divers produits dérivés, dans les matières premières, dont ils font ainsi monter les prix. Entre-temps les investisseurs plus naïfs, tout comme les petits porteurs, continuent d’investir dans des valeurs « technologiques » dans l’espoir de devenir millionnaires en quelques semaines. Dans ce contexte, la hausse des prix des matières premières doit être considérée comme un signal d’alarme.

Contactez-nous !