Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Des anciens militaires et Ambassadeurs américains se prononcent sur la proposition de paix de Beilin

La rédaction
visites
762

Lors de leur conférence de presse en date du 17 août (voir ci-dessus), trois des signataires de la lettre ouverte au Président Bush sur l’Iran ont également répondu de manière positive à la proposition de Jossi Beilin pour une nouvelle conférence de paix à Madrid, présentée par Jeff Steinberg de l’EIR. Le Dr. Halperin répondit : « Je crois que c’est tout à fait cela...ce qui vient de se passer au Moyen Orient réflète le désengagement de l’Administration. Voici le premier Président des USA qui ne s’est pas engagé directement dans un effort pour ramener la paix au Moyen Orient... la guerre au Liban en est en partie le résultat. ... le moment est venu où le Président doit s’engager personnellement, se montrer disposer à parler à chaque dirigeant de la région, et chercher une réponse globale, qui va mettre en oeuvre ce qui sera compris par tout le monde comme un accord définitif entre la Palestine et Israel, et qui commencera à définir une nouvelle situation en Iraq. Le désengagement, le fait dire simplement, "nous soutenons Israel et nous sommes opposés au terrorisme," alors que ce sont déjà manifestement deux pilliers de notre politique, ne mène nulle part. »

Pour sa par le général Gard déclara : « Je suis tout à fait d’accord qu’il faille ouvrir un dialogue. Nous venons d’envoyer notre Secrétaire d’Etat au Moyen Orient, et tout ce qu’elle a fait, c’était de parler aux Israeliens ! Même les libanais, suite aux derniers raids aériens dévastateurs, n’ont pas voulu la recevoir. Et naturellement elle n’a pas pu parler avec le Hamas, ni avec le Hezbollah, la Syrie ou l’Iran - c’est un cassement de gueule ! »

Le général Hoar a poursuivi : « &nbsp(...) nous avons pris l’habitude d’utiliser un slogan, "guerre contre le terrorisme," pour décrire la dynamique actuelle au Moyen Orient, dynamique qui pourrait, à moins que nous n’y prenions garde, s’étendre partout au monde. L’idée même de prendre "le terrorisme" (...) et d’en faire un slogan, nous a permis de ne pas nous focaliser sur l’origine des problèmes ici. En réalité, il s’agit d’une guerre d’idées. Et malheureusement, M. Bush et notre Administration se sont jetés à corps perdu dans cette guerré, désarmés, avec les paroles "démocratie","liberté", des notions qui ne trouvent aucun écho auprès de peuples qui croupissent sous des régimes oppressifs, où qui vivent dans des états où se trouvent des "forces d’occupation", ou qui sont menacés par leurs voisins. A moins que nous ne changions le paradigme, et ne cherchions une solution régionale pour tous ces problèmes (...), en fin de compte nous allons nous trouver face à l’échec.

« Manifestement, une solution régionale exige un investissement de temps et d’énergie. Car pour trouver des solutions diplomatiques, il faut bien plus de temps, et une approche bien plus innovatrice, que l’utilisation des forces armées, et il existe toujours un risque de perdre patience et d’adopter la voie militaire, surtout lorsque quelqu’un l’a déjà proposée. »

Contactez-nous !