Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Des diplomates à la retraite dénoncent la politique de Bush

La rédaction
visites
779

Le 4 mai, soixante anciens membres du corps diplomatique américain ont rendu publique une lettre au président Bush, protestant contre son soutien au prétendu « plan de désengagement unilatéral » d’Ariel Sharon. La contestation atteint même les plus hautes sphères du département d’Etat, comme nous le verrons. Une révolte similaire avait éclaté en Grande-Bretagne deux semaines auparavant, avec la publication d’une lettre au Premier ministre Tony Blair, signée par cinquante-deux anciens officiers du Foreign Service.

Les diplomates américains se félicitent de cette lettre à Blair, notant qu’« en tant que fonctionnaires des Affaires étrangères à la retraite, nous nous inquiétons beaucoup de la politique étrangère de notre nation et de la crédibilité des Etats-Unis dans le monde. » Ils déplorent le fait que le président Bush ait avalisé toutes les exigences du Premier ministre israélien, y compris le refus du droit au retour dans leur foyer pour les réfugiés palestiniens et la légitimation des colonies illégales. « Votre rencontre avec Sharon a suivi une série de sessions d’intenses négociations entre Israéliens et Américains, mais qui ont délaissé les Palestiniens. En fait, vous et le Premier ministre Sharon avez systématiquement exclu les Palestiniens des négociations de paix.(...) En fermant la porte aux négociations avec les Palestiniens et à la possibilité d’un Etat palestinien, vous avez prouvé que les Etats-Unis ne sont pas un partenaire de paix impartial. Vous avez placé les diplomates, civils et militaires américains en poste à l’étranger dans une situation intenable, voire dangereuse. (...) Votre soutien inconditionnel aux assassinats extra-judiciaires de Sharon, à la barrière israélienne qui ressemble au mur de Berlin, à ses mesures militaires brutales dans les territoires occupés et maintenant votre soutien au plan unilatéral de Sharon, coûtent à notre pays sa crédibilité, son prestige et ses amis. » La lettre appelle enfin à un « retour à la tradition américaine d’équité qui était autrefois en honneur », afin de neutraliser les ressentiments en Europe et aussi au Moyen-Orient, même en Irak ».

L’initiative de cette lettre revient à l’ancien ambassadeur américain au Qatar, Andrew Killigore, actuellement rédacteur du Washington Report for Middle East Affairs. L’ancien ambassadeur au Bangladesh, Carleton Coon, a déclaré au quotidien espagnol El Pais que cette lettre était destinée à « réveiller les USA ». « Par ce message, nous voulons que le peuple sache que l’administration nous a conduits vers un point de rupture catastrophique. Nous voulons que les gens votent en novembre et envoient ce gouvernement au diable. » Néanmoins, les signataires ne soutiennent pas Kerry, constatant que « tout ce qu’il a fait récemment n’est pas très encourageant. Il est très partial en faveur d’Israël. Cette lettre n’est pas pro-Kerry, c’est une lettre contre la politique de ce gouvernement qui constitue un désastre pour le pays et pour le monde. » Un autre signataire, l’ancien ambassadeur en Grèce Robert Keeley, a ajouté que leur objectif n’est pas tant d’influencer Bush, qui reste sourd aux critiques, mais d’en conduire d’autres à briser le silence pour dénoncer cette dangereuse dérive.

Contactez-nous !