Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Des émeutes terroristes destinées à justifier un Etat policier

La rédaction
visites
914
commentaire

Dans une déclaration datée du 24 août, Lyndon LaRouche met en garde contre le danger d’émeutes violentes à l’occasion du sommet annuel du FMI et de la Banque mondiale qui doit se tenir à Washington à partir du 28 septembre. Il affirme : « Des sources sûres indiquent que le mouvement terroriste international, qui s’est manifesté à Seattle, à Porto Alegre au Brésil et à Gênes, se prépare pour des émeutes de style terroriste dans la capitale américaine et aux alentours. (...) Le noyau dur des organisateurs des opérations terroristes actuelles représente la quatrième génération d’un mouvement international remontant au milieu et à la fin des années 60, qui est passé par la frénésie anti-nucléaire de la fin des années 70 et la vague terroriste du milieu des années 80. Comme l’illustrent le cas de Toni Negri [le dirigeant des Brigades Rouges] et le rôle de l’organisation terroriste basque ETA, il y a eu continuité du noyau dur de ces forces terroristes depuis l’époque où il exploitait l’opposition à la guerre du Vietnam, à la fin des années 60, jusqu’à aujourd’hui. »

Selon LaRouche, l’orchestration d’émeutes terroristes à Washington est à situer dans le contexte de la « crise financière et monétaire qui en est à un stade avancé ». Certaines forces politiques désespérées sont prêtes à tout détruire plutôt que de permettre des changements au niveau des institutions financières et monétaires. LaRouche demande plus spécialement aux syndicalistes de ne pas cautionner des mouvements proto-terroristes sous prétexte qu’ils sont « contre la globalisation ». Par contre, ils devraient réfléchir sérieusement aux raisons pour lesquelles ils ont soutenu, dans la présidentielle de 2000, le candidat démocrate Al Gore, ce grand gourou de la globalisation. Ce que les dirigeants syndicaux opportunistes ne comprennent pas, selon LaRouche, c’est que les cercles haut placés qui déploient des terroristes à Seattle, à Gêne et à Washington, « ont pour objectif de provoquer la mise en place de méthodes dignes d’un Etat policier fasciste aux Etats-Unis et ailleurs. »

Le numéro du 24 août du magazine EIR comprend un dossier sur la structure qui contrôle en coulisses le nouveau mouvement terroriste international. Il se penche notamment sur trois individus :

  • Le méga-spéculateur et « philanthrope » George Soros ;
  • Teddy Goldsmith, du magazine The Ecologist, le frère et héritier de feu Jimmy Goldsmith, un représentant du renseignement anglo-français ;
  • Tony Negri, le terroriste et idéologue italien. Les postulats idéologiques et l’argent de ces trois personnes interagissent dans la myriade de groupuscules, de « réseaux » et d’ONG qui fournissent les « fantassins » de ce nouveau mouvement terroriste et violent.

Les divagations idéologiques de Goldsmith et de Negri sont particulièrement révélatrices car tous deux conçoivent une explosion violente contre la globalisation comme le moyen ultime de détruire l’Etat-nation. Pour Negri, la globalisation est « l’ennemi de mon ennemi » : l’Etat-nation et ses structures capitalistes-dirigistes traditionnelles. La « globalisation », dit Negri, fait éclater les nations en des « multitudes » amorphes fournissant la base d’un nouveau type de globalisation - celui désiré par Negri. Les extravagances idéologiques de Negri ont été couvertes dans Le Monde diplomatique et le New York Times.

Contactez-nous !

Don rapide