www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Finance

Des experts dénoncent la « criminalisation généralisée des structures financières » en Europe

1998 visites | 3 commentaires

Lors de sa séance du 19 juin, la toute nouvelle commission du Parlement européen sur la Criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux, a reçu des témoignages d’experts de haut niveau confirmant que le sauvetage de la finance européenne se fait par l’intermédiaire du crime organisé, révélant ainsi la nature criminelle de cette finance, et la nécessité urgente de la démanteler définitivement.

Une « question existentielle » pour l’Europe

Présent au Parlement, le site d’information EUobserver.com, basé à Bruxelles et spécialiste des institutions européennes, rapporte que « les banques en difficulté dans l’UE et au delà deviennent plus disposées à blanchir de l’argent sale pour le crime organisé » .

Pietro Grasso, le procureur de la direction italienne anti-mafia, a déclaré aux parlementaires : « La crise économique rend les groupes criminels encore plus puissants car ils ont de l’argent liquide, de l’argent frais et dispo, et pas seulement en Europe, mais dans d’autres pays où les économies sont fragiles et où ils peuvent influencer les politiques. »

Sur la même ligne, signale EUobserver , Jean-François Gayraud, commissaire divisionnaire français spécialiste en géopolitique du crime organisé, qui a déclaré : « Nous voyons en Europe une criminalisation généralisée des structures financières au sein du marché intérieur. » Ce phénomène pose une « question existentielle » pour certains pays où cela a « transformé » la politique nationale et les marchés financiers, ajoute-t-il.

EUobserver note que cet état de fait n’est pas nouveau, citant les propos de l’ancien directeur de l’office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) Antonio Maria Costa qui, en fonction lors de la crise bancaire de 2008, avait déclaré que « l’argent des trafiquants de drogue injecté dans le système financier avait sauvé les banques de la crise financière » .

EUobserver mentionne aussi que le criminologue français Michel Koutouzis, qui a mené des investigations pour le compte de l’UE et de l’ONU, a écrit dans son nouveau livre Crime, trafics et réseaux que le crime organisé investit de plus en plus dans les obligations souveraines.

Toutefois Koutouzis a déclaré à EUobserver que la création de cette nouvelle commission est représentative de l’étendue du problème : « La méthode préférée des autorités est d’observer, d’étudier, de créer des commissions et de nouvelles institutions. Ils savent déjà ce qui se passe mais personne ne veut passer à l’action. »

Démanteler l’empire offshore de la City

Pourquoi ? Pas par peur des criminels, mais par peur des intérêts financiers ; car si l’argent du crime peut si facilement abonder vers le système financier, c’est que le système financier est lui-même une structure criminelle. Sans les places financières off-shore (dont la majeure partie se situe dans le giron néo-colonial de la City de Londres), directement connectées aux marchés internationaux dérégulés et opaques ainsi qu’aux grandes banques (les banques françaises y détiennent 467 succursales), les centaines de milliards de dollars annuels issus de l’argent du crime n’auraient pas de débouchés. Comme l’ont récemment montré Antonio Maria Costa ou le journaliste d’investigation britannique Nicholas Shaxson, ce sont les mafias et les intérêts de la City et Wall Street qui ont conjointement créé le système financier actuel.

Il n’y a qu’un Glass-Steagall global, coupant les banques en deux (entre économie réelle et économie casino) et liquidant toutes leurs dettes de jeu, qui puisse permettre de reprendre le contrôle du crédit, pour l’orienter vers tout ce qui est nécessaire au fonctionnement de la société.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 24 juin 2012 à 03:28
    par MY Hélène

    OH ! Je suis abasourdie ! Mais comment voulez-vous que l’on s’en sorte ? Si tous sont corrompus à ce point, où trouver l’issue ? Qui ? Quelle force pourrait nous sortir de ce guet- apens ?

    • Le 25 juin 2012 à 07:14
      par Till

      Le bouche a oreille est un bon début ne faire qu’en parler pour convaincre d’autre personne de prendre position contre le système et quand on sera des millions il suffira d’une étincelle pour prendre le pouvoir pacifiquement en descendant dans la rue. haha je rêve peut être mais je vois pas d’autre moyen ><

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin 2012 à 20:11
    par petite souris

    le système financier est lui-même une structure criminelle

    On comprend donc très bien ainsi que au cours des différents sommets, il ne se passe rien et que les décisions sont : "ils se sont mis d’accord "sur" un calendrier" !

    Le temps des petites souris n’étant pas le même que celui des hommes.....
    je préférerai des idées !!!!
    et des actes qui se feront au fur et à mesure .................

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet