Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Des syndicats africains appellent à l’abandon des accords de libre-échange proposés par l’UE

La rédaction
visites
660

7 mai 2006 (EIRNS) – La fédération de syndicats la plus importante d’Afrique a appelé les pays africains à rejeter les Accords (libéraux) de partenariat économiques (APE), que l’UE cherche à leur faire signer. L’union syndicale a déclaré que ces accords ne servaient pas les intérêts africains.

« Nous nous associons à l’appel pour l’annulation des accords intérimaires déjà signés et pour réclamer plus de temps pour renégocier de nouvelles relations commerciales entre l’Afrique et l’Europe qui prennent en compte nos besoins véritables pour notre développement », a déclaré le 1er mai, le Secrétaire général de l’Organisation régionale africaine de la confédération syndicale internationale (CSI-Afrique), Kwasi Adu-Amankwah, selon l’AFP.

Ces accords devaient remplacer, à partir du 31 décembre 2007, le régime commercial préférentiel accordé par l’Europe aux pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), dénoncé par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), car il viole les dogmes du libre-échange.

Les APE vont encore affaiblir les chances de développement de l’Afrique, « dans un marché mondialisé où les nations africaines sont des partenaires faibles soumises aux diktats néo-libéraux des institutions financières internationales et des règles du commerce imposées par l’OMC » a déclaré M Adu-Amankwah.

Le président sénégalais Abdoulaye Wade avait déjà dénoncé les APE lors du sommet UE-Afrique en décembre dernier à Lisbonne.

En novembre 2007, Jacques Cheminade était intervenu à la Courneuve sur ce sujet : cliquez ici

Contactez-nous !