Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Déstabilisation du Caucase

La rédaction
visites
994

Les Britanniques ont aggravé la déstabilisation de la Russie en lançant une incursion armée d’Islamistes radicaux dans la république du Daghestan, place stratégique cruciale pour les Russes dans le Nord-Caucase.

Tout le pétrole et le gaz de Russie, qui proviennent de l’Azerbaïdjan et du Turkmenistan, traversent le Daghestan. De plus, la situation ethnique compliquée du Daghestan se recoupe avec la situation de la minorité ethnique voisine de l’Azerbaïdjan. Si une déstabilisation du Daghestan s’étendait jusqu’à l’Azerbaïdjan, ceci pourrait déclencher un sénario dans lequel l’Azerbaïdjan demanderait de l’aide à l’OTAN. L’opération actuelle qui implique des membres armés de la secte des Wahabites comprenant des Tchétchènes, de Daghestanis, des Arabes, des Afghans et des Asiatiques d’Asie centrale, a pris une grande ampleur le 4 août, lorsque 500 Wahabites armés sont passés de Tchétchénie dans le Daghestan et ont défié l’armée russe de les en chasser.

Le 8 août, ces Wahabite, dont le nombre était passé à 2 000 hommes, étaient bombardés par l’armée russe et par des troupes intérieures. Cette opération dans le Daghestan a été délibérément programmée pour intersecter deux processus :

1) L’offensive Taliban lancée afin de mettre les rebelles en position de d’étendre leur « lutte » vers les républiques d’Asie centrale du Tadjikistan et de l’Ouzbekistan. Les deux opérations Daghestan-Caucase et Afghanistan-Asie centrale, constituent une grave menace contre le Pont Terrestre Eurasiatique ;

2) La crise pré-électorale en Russie, qui s’est aggravée le 9 août par le limogeage du Premier ministre Serguei Stepachine, par Boris Eltsine.

L’opération dans le Daghestan a été conçue dans le but de pousser le gouvernement Stepachine à renverser sa politique dans le Caucase. A la fin du mois de juillet, Stepachine avait publiquement exclu que la Russie lance une guerre dans le Caucase, disant que la Russie « ne commettrait pas la même erreur deux fois » faisant ainsi référence à l’invasion de la Tchétchénie en décembre 1994. Moscou a reconnu que le gouvernement modéré du Président Aslan Maskhadov partageait son intérêt contre les fanatiques Wahabites. Le ministre de l’Intérieur de Stepachine, Vladimir Rushailo, a confirmé en août que la Russie ne se laisserait pas embourber dans un marécage, et Stepachine fit de même le 8 août. Dans la déclaration de Stepachine, cela concernait toute action militaire forte contre les groupes armés tenant des positions dans les montagnes, mais en apparté, il dit vouloir éviter tout mouvement militaire aveugle contre la Tchétchénie.

Contactez-nous !