Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Deux nouveaux députés américains se rallient à Glass-Steagall

La rédaction
visites
467
commentaire

22 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le principe de la loi Glass-Steagall adoptée en 1933 par Franklin Roosevelt est le seul remède à la crise de la dette transatlantique. Hier, alors que Lyndon LaRouche, initiateur de la mobilisation, s’exprimait en direct sur internet, deux nouveaux députés ont apporté leur soutien au projet de loi HR 1489 rétablissant cette loi de séparation entre banques de dépôt, banques d’affaires et sociétés d’assurances. Il s’agit de deux démocrates membres du Black Caucus : Al Green (Texas), membre de la commission des Finances, et Donna Christensen (Iles Vierges américaines).

Lors de sa conférence depuis Washington, LaRouche a rappelé l’importance de la loi Glass-Steagall pour se débarrasser de la masse des dettes spéculatives qui pèsent aujourd’hui sur les nations :

 Intrinsèquement, un système monétaire ne vaut rien. L’hyperinflation l’a démontré. Sur quoi investissent les financiers d’Europe ? Sur quoi investit Wall Street ? Sur quoi investissent les courtiers ? Sur des dettes de jeu ! Elles n’ont aucune valeur ! Et aujourd’hui, la majeure partie de l’argent dans le monde est issu de dettes de jeu !

 En faisant ce que je propose, on annule tout ça ! On met tout le système en faillite et on repart sur une base égale ; car tout sera basé sur un système de crédit. Comment fait-on ? Glass-Steagall ! Avec cette loi, seules les créances des banques de détails sont garanties par le Trésor fédéral. Tout le reste, toute la merde retombera sur les bras des parieurs qu’on appellent Wall Street.

 Les Etats-Unis n’ont aucune obligation de rembourser les dettes de Wall Street, en tous cas pas sous le régime de notre Constitution.

Voir le commentaire

  • petite souris • 23/07/2011 - 00:26

    Le problème de nozélites est simple :
    comment faire simple quand on peut faire compliqué ?

    ... et puis si c’est compliqué, le peuple ne va rien comprendre et donc ... y font ce qu’ils veulent ....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide