Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Devant l’ONU : le Président argentin plaide pour une nouvelle architecture financière

La rédaction
visites
933
commentaire

Parlant devant l’Assemblée générale des Nations-Unies le 20 septembre, le président argentin Nestor Kirchner a appelé à une « réforme de l’architecture financière internationale » et à de nouveaux instruments financiers, afin de garantir le développement de toutes les nations. Selon lui, le Fonds monétaire international est un échec. « Il existe désormais suffisamment de preuves empiriques démontrant que la participation des organisations financières internationales à la promotion du développement des nations pauvres n’a pas été couronnée de succès et que, dans de nombreux cas, leurs conditions ont plutôt eu un effet contraire, empêchant le développement. »

« Le monde a changé, a expliqué Kirchner, mais pas ces organisations. Avec leur intervention mal conçue, elles ont plutôt compromis le progrès. C’est pourquoi, avec une majorité de pays, nous soutenons la réforme de l’architecture financière internationale, afin de faire progresser les nations les plus pauvres. Constatant le manque de volonté de ces organisations financières internationales de promouvoir un réel changement de leurs politiques, nous avons jugé que ce changement était nécessaire et qu’il nous fallait maintenant considérer la création de nouveaux instruments financiers internationaux qui permettent la réalisation de projets de développement pour combattre la pauvreté et la faim dans le monde, et ouvrent de véritables possibilités pour le progrès. »

Kirchner fit ensuite un bilan des progrès économiques de son propre gouvernement, en réduisant la pauvreté, créant des emplois et augmentant les retraites et les salaires. « Et je dois souligner que ces réalisations n’ont pas été soutenues par le Fonds monétaire international, qui nous a refusé toute assistance, et - il faut l’avouer - dans de nombreux cas, nous avons accompli ces progrès en ignorant ses recommandations et ses conditions, si ce n’est en nous y opposant complètement. »

Après cette mise au point, Kirchner a souligné l’engagement de son gouvernement en faveur d’un programme nucléaire pacifique, ajoutant que le marché commun du Sud (Mercosur), dont l’Argentine est un acteur essentiel, devait servir d’instrument pour combattre la pauvreté et l’exclusion économique et sociale, et garantir que « le bien commun prévale sur tous les intérêts sectoriels ».

Le Président argentin a fustigé « la guerre contre le terrorisme » de George Bush, faisant remarquer que le développement des nations pauvres est un moyen beaucoup plus efficace que l’utilisation unilatérale de la force brute. Si le terrorisme doit être éliminé à l’échelle internationale, a-t-il dit, cela se fera à travers « une action multilatérale soutenue dans le temps » et « dans le respect des lois humanitaires internationales, (...) par la coopération internationale et l’aide juridique ». En référence au gouvernement Bush, il estime que « si, pour combattre le terrorisme, une nation devait violer les droits de l’homme, le seul vainqueur de cette bataille serait le terrorisme lui-même ». On n’accomplira de progrès que dans le respect des lois de chaque pays et des normes des conventions internationales, sans qu’aucune complication ne serve de prétexte pour combattre le terrorisme par des moyens illégaux.

« La paix se construit et se préserve grâce à la compréhension du véritable concept de solidarité entre les nations, c’est-à-dire d’un point de vue bien plus large que celui purement militaire et unilatéral. Toutes les nations, petites et grandes, vont devenir extrêmement vulnérables si nous ne comprenons pas que l’action anti-terroriste exige une action multilatérale et intelligente, soutenue dans le temps et fondée sur la légitimité, le respect des droits essentiels, une réponse proportionnelle et le soutien de l’opinion publique internationale. »

Que ce soit au Moyen-Orient ou ailleurs, la paix s’accomplira en combattant la pauvreté et l’exclusion et en promouvant l’égalité. Cela vaut aussi bien pour le monde que pour chaque pays en tant que tel. « L’Argentine soutient la construction de sociétés plus justes, plus égalitaire, et où les bénéfices de la croissance économique profitent à tous. Nous croyons également que chaque pays a le droit de rechercher son propre modèle de développement sans aucune condition étrangère. »

Contactez-nous !

Don rapide