Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Discorde et panique à l’université d’été de la Fed

La rédaction
visites
2486

25 août 2010 (Nouvelle Solidarité) – Depuis plusieurs semaines, le combat fait rage à la Réserve fédérale américaine entre les partisans de l’émission monétaire à volonté et ceux qui redoutent l’hyperinflation. A la réunion annuelle de la Fed qui se tient cette semaine à Jackson Hole, son hôte, le directeur de la Réserve fédérale de Kansas City Thomas Hoenig, a manifesté publiquement sa dissidence avec la politique hyperinflationniste entreprise par Ben Bernanke lors des dernières réunions du FOMC, le comité de politique monétaire de la Fed. Selon les sources de l’EIR sur place, la ligne de fracture est omniprésente dans les débats, surtout dans les discussions privées.

L’économiste américain Lyndon LaRouche, qui fut le premier à tirer la sonnette d’alarme contre l’hyperinflation, a déclaré qu’il n’était « pas surpris que cette bagarre ait lieu ». « Nous sommes dans un ordre d’échéance à très court terme (…) et la rupture dans la politique de la Fed s’est déroulée il y a déjà plusieurs semaines. Ce qui se passe à Jackson Hole est un reflet du fait que toute personne à l’intérieur du système sait, au delà de tout le charabia des statistiques, que le système est en train de s’effondrer très vite. »

Lors de la dernière réunion du FOMC, Hoenig fut le seul des dix membres ayant un droit de vote à s’être opposé au tournant hyperinflationniste de Bernanke. Mais, comme le rapporte le Wall Street Journal, la réunion du 10 août fut la « plus controversée » depuis l’arrivée de Bernanke en 2006 et sept des 17 membres du comité ont fait part de leurs craintes quant à la politique adoptée.

Le 23 août lors d’un témoignage au Congrès, Hoenig s’en est pris aux banques de Wall Street. Il les a accusé de mettre en danger l’ensemble des petites banques américaines qui sont pourtant les seules à continuer de prêter, alors que Wall Street a reçu la quasi-totalité de l’argent des plans de renflouement.
Dix jours plutôt, il avait déployé tout un argumentaire contre la politique de taux zéro menée par Bernanke lors d’une réunion publique dans le Nebraska. Si Hoenig monte ainsi au créneau c’est qu’il le fait pour de nombreux autres qui restent silencieux pour l’instant.

Le seul autre président régional de la Fed qui se soit ouvertement exprimé est Richard Fisher de Dallas, qui a employé le terme « hyperinflation » pour qualifier la politique de Bernanke. Hoenig et Fisher sont tous deux des partisans avoués de la loi Glass-Steagall pour séparer banques d’affaires et de dépôt, et avaient soutenus contre la Maison Blanche et Wall Street, l’amendement de la député Blanche Lincoln pour interdire les produits dérivés.

Comme l’a souligné LaRouche, le seul moyen d’inverser la tendance avant que le système n’explose, est de virer le Président Obama qui couvre implicitement cette politique hyperinflationniste.


L’alternative : NAWAPA, le New-Deal du XXIe siècle


Lire aussi :


Contactez-nous !