Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Distribution d’eau : canalisons l’argent dans l’investissement !

La rédaction
visites
899
commentaires

28 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — Le 8 novembre, une enquête du Journal du Dimanche révélait que les réseaux de distribution de l’eau aux consommateurs enregistrent des pertes colossales en de nombreux endroits, sans distinction de couleur politique du maire ni de mode de gestion, en régie ou délégué au privé.

Le taux de perte, naguère inférieur à 20% en moyenne, est passé à 25% et certaines villes enregistrent des pics inquiétants. Ainsi, seuls 6 litres sur 10 parviennent au consommateur nîmois et à Rouen, c’est plus de 3 litres sur 10 qui se perdent en route.

Gâchis écologique pour les uns, économique pour les autres. Le calcul est implacable. Un mètre cube revient environ à 1,42 euros ; or les réseaux perdent 1,5 milliard de mètres cubes par an. Le coût pour les Français est ainsi évalué à plus de 2 milliards d’euros. Une perte de 15% est inévitable, selon les ingénieurs, mais la cause principale du gâchis reste le sous-investissement croissant dans la maintenance et surtout dans le renouvellement des infrastructures.

Avec des recettes à la baisse, comment les communes peuvent-elles faire face ? La moitié des canalisations ont plus de quarante ans et l’on ignore, pour la plupart, leur emplacement précis, la date de pose et le matériau de construction. De ce fait, les travaux se font au goutte-à-goutte. « Il y a peut-être eu un peu de laxisme », murmure- t-on à la Fédération des collectivités concédantes et en régie, l’association des élus locaux intéressés par l’eau, l’électricité et le gaz.

Si Paris et Rennes apparaissent comme les bons élèves, c’est essentiellement parce qu’elles y ont « mis le paquet ». Par exemple, au lieu de dépenser beaucoup pour la maintenance d’un réseau vieillissant, la ville de Rennes, qui ne perd que 5% des volumes d’eau, procède au remplacement de 5 kilomètres de canalisations par an, sur un total de 519 kilomètres, soit 1% de tuyaux changés chaque année.

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 28/11/2009 - 21:35

    Réseaux de distribution privés ! : "pas même grave !"

    C’est l’utilisateur qui paye in fine

    Où est le problème si les comptes sont équilibrés ?

    • Pic et Puce • 02/12/2009 - 20:00

      Le problème c’est le gaspillage d’argent qui induit une non affectation des ressources gaspillées vers des postes
      vitaux.

      C’est comme si vous disiez, peu importe que le bus qui transporte les élèves consomme 20, 30, 40 litres au cent, pourvu que la compagnie TOTAL soit payée...

      Entre 20 et 40 litres, il y a une masse d’argent qui peut être affectée à des dépenses vitales pour l’école. ( pour ne reprendre que cet exemple ).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 24 juillet le monde
en devenir

Don rapide