Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Pour l’ESA, la traque des astéroïdes devient une réalité

visites
688
commentaire

Dans une interview à l’agence russe RIA Novosti, le directeur du programme de surveillance de l’environnement spatial (SSA) de l’Agence spatiale européenne, Nicolas Bobrinsky, a déclaré que l’ESA était prête à étudier les propositions russes pour la création conjointe d’un système de détection des astéroïdes pouvant constituer une menace pour la Terre. Bobrinsky estime que « si l’ESA et Roscosmos coopèrent dans le projet ExoMars, beaucoup plus cher, nous pourrions faire la même chose pour des projets liés aux astéroïdes ».

Le SSA travaille déjà au développement d’un télescope à large champ de vision pour détecter les objets cosmiques potentiellement dangereux.

JPEG - 172.4 ko

Ce nouveau type de télescope, développé par une entreprise hautement spécialisée en Italie, peut couvrir un carré de ciel de 44,89 deg², puis, grâce à un miroir secondaire à 16 facettes, diviser l’image provenant du miroir primaire en 16 trajets optiques différents, reliés à de petites lentilles correctrices. Le tout permet, à la manière de l’oeil d’une mouche, de couvrir un large champ et de traiter les données avec une très grande rapidité. Six télescopes de ce type, basés sur Terre, suffiront pour couvrir le ciel entier en une journée, alors qu’il faudrait en faudrait six cents comme celui de la Station sol optique de l’ESA, présentement en service à Ténériffe (Espagne) pour faire le même travail. Ce dernier, avec son miroir de 1 mètre de diamètre, est certes doté d’un système de caméra très sophistiqué, mais ne peut couvrir qu’un carré de ciel de 0,47 deg².

Ce système sera capable, grâce à une flopée de percées technologiques mais aussi parce qu’il sera conçu spécialement pour traquer les astéroïdes et autres corps dangereux, de détecter trois semaines à l’avance des objets d’un diamètre aussi petit que celui de la météorite de Tcheliabinsk, à condition toutefois qu’ils ne viennent pas d’une direction proche du Soleil. Bien sûr, si on les détecte lors d’un passage préalable aux environs de la Terre, on pourra calculer leur orbite et se préparer à faire face aux dangers potentiels lors de passages ultérieurs.

D’autres systèmes de détection sont en discussion ou même en cours de déploiement, certains sur Terre et d’autres dans l’espace, comme le satellite canadien Neossat, un microsatellite spécialement conçu pour traquer les débris spatiaux et détecter des objets de provenance plus lointaine. Les études ont toutefois démontré que le meilleur moyen de détection sera constitué, à terme, d’un système de télescopes à infrarouge déployés le long de l’orbite de Vénus, autour du Soleil.

Pour ce qui concerne les actions à entreprendre pour dévier de sa trajectoire un objet menaçant, l’ESA a annoncé le 22 février qu’elle développe avec la NASA un projet consistant à lancer en 2022 un vaisseau spatial contre un astéroïde, afin de démontrer la faisabilité d’une telle approche. Le projet, baptisé AIDA (Asteroid Impact and Deflection Assessment mission), interceptera l’astéroïde Didymos (le plus petit d’un système de deux) à une distance de 11 millions de kilomètres de la Terre et à une vitesse de 22 539 km/h. Des télescopes terrestres doivent enregistrer l’événement.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide