Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Economie américaine : vers un atterrissage en catastrophe

La rédaction
visites
706

Comme nous l’avions annoncé, au lendemain des élections du 7 novembre, la façade du « miracle économique américain » s’est effondrée. D’importants médias ont commencé à abandonner leur propagande sur la « prospérité éternelle ». Et le président de la Réserve fédérale lui-même, Alan Greenspan, de déclarer le 5 décembre qu’une contraction de l’économie américaine l’inquiétait plus que le risque d’inflation, laissant entendre que la Fed pourrait baisser les taux d’intérêt.

Les propos de Greenspan ont déclenché aux Etats-Unis et sur les marchés boursiers internationaux une « embellie » - qui n’a duré qu’un jour. « Les marchés » ont, semble-t-il, réalisé par la suite que M. Greenspan annonçait en fait un « atterrissage dur » de l’économie américaine, en évoquant la chute des valeurs de Wall Street, la réduction des dépenses des consommateurs, l’augmentation des demandes d’allocations chômage et le resserrement du crédit.

Les données économiques publiées au cours des deux dernières semaines parlent d’elles-mêmes. Le 5 décembre, le département du Commerce a annoncé que les nouvelles commandes de biens industriels avaient chuté de 3,3 % en octobre, et de 5,6 % pour les biens industriels durables. Les plus importantes chutes affectent le secteur de l’équipement des transports (-16,1 %) et l’équipement électronique ou électrique (- 9,9 %).

Dans le secteur automobile, la baisse des nouvelles commandes en octobre a été de 4,1 %. Au cours des dernières semaines, les grandes marques automobiles General Motors, Ford, Daimler Chrysler ont toutes fait état de baisses de ventes et de profits. Suite à un déclin de 8,2 % de ses ventes en novembre, Ford a annoncé la réduction de sa production de voitures et de camions. Daimler Chrysler compte fermer pour trois semaines sept de ses douze usines américaines, suite à une baisse de 5,5 % de ses ventes en novembre. Pendant la même période, les ventes de General Motors ont chuté de 8,4 %. Delphi Automotive Systems, le plus gros producteur de pièces détachées automobiles du monde, qui appartient à GM, a mis 1700 travailleurs en chômage partiel.

En ce qui concerne la nouvelle économie, Apple Computer a de nouveau provoqué des ondes de choc sur les marchés boursiers mondiaux. Déjà, le 29 septembre, l’entreprise avait révisé à la baisse ses prévisions pour le quatrième semestre, faisant plonger de 52 % en un jour le cours de ses actions. Mais le 5 décembre, le géant informatique a dû admettre qu’il avait été trop optimiste. Les ventes d’avant Noël semblent très décevantes ; au lieu des 1,6 milliards de dollars escomptés, les ventes de décembre s’élèveront probablement à seulement un milliard de dollars. La société a revu à la baisse ses prévisions pour l’année prochaine, en raison d’un « ralentissement économique mondial », en particulier aux Etats-Unis.

Une semaine plus tôt, le deuxième vendeur direct d’ordinateurs aux Etats-Unis, Gateway Inc., a également annoncé une baisse de ses ventes et de ses profits, signalant la probabilité qu’une guerre des prix éclate au Nouvel An sur le marché des ordinateurs. Récemment, Dell Computer et Micron Electronics ont dû revoir à la baisse leurs prévisions pour le quatrième trimestre et l’année prochaine.

Par ailleurs, des statistiques gouvernementales publiées le 30 novembre indiquent une baisse en octobre de 16,5 milliards de dollars pour les revenus des particuliers aux Etats-Unis, soit 0,2 %, alors que le revenu disponible a baissé de 29,4 milliards de dollars, soit 0,4 %. Du fait que les revenus des ménages ont chuté beaucoup plus vite que leur consommation, la quantité d’épargne individuelle a baissé de 55,9 milliards de dollars en octobre, soit quatre fois plus qu’en septembre. L’épargne individuelle, en pourcentage du revenu personnel disponible, est par conséquent tombée à - 0,8 % en octobre, le chiffre le plus bas enregistré aux Etats-Unis depuis la Grande Dépression.

Contactez-nous !