Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Economie physique : Russie, Chine et Inde lancées à grande vitesse

La rédaction
visites
1696

28 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Comme nous l’indiquions après la clôture de la conférence de Copenhague sur le climat, le centre de gravité du monde a basculé de l’Atlantique vers le Pacifique. Là où les Etats-Unis et l’UE, à la botte des intérêts financiers de la City, ont voulu imposer une gouvernance supranationale et une croissance technologique zéro, Inde et Chine ont imposé la légitimité du droit inaliénable au développement. « Le fait que le développement soit la priorité des pays en voie de développement ne doit pas être ignoré », a expliqué dimanche le Premier ministre chinois, « nous devons lutter pour le droit au développement de la Chine ».

  • Alors que l’Inde et la Chine préparent le soixantième anniversaire de leurs relations diplomatiques, l’ambassadeur indien à Pékin vient de déclarer que la convergence de leurs intérêts est plus grande que ce qui les oppose, expliquant que leur conflit frontalier ne saurait entraver cette coopération. Ces dernières années, les échanges entre les deux pays les plus peuplés du monde ont explosé pour atteindre 40 milliards de dollars en 2009, faisant de la Chine le premier partenaire de l’Inde, devant les Etats-Unis. On s’attend à ce que cette somme dépasse les 60 milliards dés 2010.
  • Aujourd’hui, lors de la visite du Premier ministre japonais en Inde, les deux gouvernements ont annoncé le lancement du Corridor industriel Mumbaï-Delhi (DMIC), un projet de développement industriel et infrastructurel (rail, routes, ports, etc.) de 1500 kilomètres de long sur 4 à 500 de large, entre le port de Mumbaï au sud et la capitale New Delhi au nord. Le fond de planification et de préparation du projet sera abondé communément par les deux pays. Le corridor prendra son plein essor à partir de 2017. Lors de ce voyage, indiens et japonais doivent également discuter d’un programme de coopération pour le développement du nucléaire civil dans ce pays qui souffre d’un des plus grand déficit de production énergétique au monde. Les investissements directs japonais en Inde se sont multipliés par 10 ces trois dernières années.
JPEG - 22.8 ko
Le Corridor Mumbaï-Delhi (en haut) et la ligne à grande vitesse Wuhan-Guangzhou (en bas)
  • L’Inde multiplie aussi les rapprochements avec la Russie dans le domaine du spatial, du nucléaire civil et de l’aéronautique. Elle vient de signer un mémorandum d’entente avec la compagnie publique russe Atomstroyexport pour la construction conjointe de réacteurs VVER 1000 sur son sol. D’autre part, l’agence spatiale russe Roskosmos vient d’annoncer qu’elle partagerait la technologie Soyouz afin que l’Inde puisse envoyer un homme sur la Lune par ses propres moyens d’ici 2020.
  • La Russie a inauguré aujourd’hui le premier tronçon de son oléoduc Sibérie-Pacifique, qui doit permettre l’acheminement du pétrole sibérien vers la Chine et l’ensemble du bassin Asie-Pacifique.
  • Au lendemain de noël, la Chine a inauguré la ligne ferroviaire à grande vitesse la plus rapide du monde. Reliant Wuhan, métropole du centre du pays, et Guangzhou, centre économique au sud, cette ligne permet de parcourir les 1000 kilomètres en moins de 3h, soit une vitesse moyenne de 350 km/h (la vitesse moyenne d’exploitation des TGV en France est de 270 km/h ; le Shinkansen japonais et l’ICE allemand sont à 240 et 230 respectivement). Cette ligne fait partie des 12 000 kilomètres de voies à grande vitesse qui seront inaugurées d’ici fin 2012, afin de diffuser le développement dans tous l’arrière pays chinois.

De ce côté-ci du globe, nous devons rejoindre cette lutte pour le monde de demain et ne plus succomber au chant des sirènes de la mondialisation financière et de la « croissance » verte ; car de transatlantique à Atlantide, la transition peut être rapide…


Focus : Victoire à Copenhague !


Contactez-nous !