Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Ehoud Olmert : pour honorer Rabin, revenons aux frontières de 1967 !

La rédaction
visites
1497

12 novembre 2008 (LPAC) – Pour la première fois dans l’histoire de l’Etat hébreux, un Premier ministre israélien appelle à un retour aux frontières de 1967.

Ehoud Olmert a abordé cette question lors des commémorations annuelles de la mort du Premier ministre Yitzhak Rabin, assassiné à Tel Aviv le 4 novembre 1995.

Dans son allocution, après les formules habituelles, Ehoud Olmert a dit qu’il ressentait « le besoin de dire quelques mots, non pas sur ce qui fut, mais sur ce qui sera ». « Pardonnez-moi de m’éloigner de la règle en usage pour ce genre de circonstance et d’aborder quelques sujets douloureux qui touchent notre vie dans ce pays. Rabin n’était pas ravi d’en arriver là et nous ne rendrions pas justice à sa vie et à sa mémoire si nous tentions de présenter les derniers années de sa vie comme dénuées de doutes et d’hésitations. »

« Rabin comprenait que si nous désirons maintenir Israël comme un Etat juif démocratique, nous devons nous résigner à faire un choix difficile et douloureux, et abandonner des parties de notre patrie auxquelles nous avons rêvé et pour lesquelles nous avons prié pendant des générations ».

Il enchaîna alors : « Nous devons également rétrocéder des quartiers arabes de Jérusalem-est et revenir au cœur du territoire que formait l’Etat d’Israël jusqu’en 1967, bien qu’avec tous les amendements qui s’imposent, découlant des nouvelles réalités survenues depuis ».

Le Premier ministre israélien a estimé que « la décision doit être prise maintenant, sans hésitation, et avant que se referme la fenêtre d’opportunité permettant de planter la graine de cette solution dans le cœur de notre peuple et des nations du monde. »

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !