Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Elections russes : percée du bloc Rodina de Glaziev

La rédaction
visites
916
commentaire

Les résultats des élections législatives du 7 décembre en Russie vont certainement entraîner des changements majeurs sur le plan de politique intérieure, tout en renforçant la position internationale de la Russie. Sans surprise, le bloc Russie unie, qui soutient la politique du président Vladimir Poutine, arrive en tête avec plus de 36% des suffrages. Le Parti communiste (KPRF) de Ziouganov a reculé à 13% (la moitié de ses votes de 1999), talonné par le Parti libéral-démocrate (LDPR) de Jirinovski à 12%.

Mais la véritable surprise de ce scrutin est le score spectaculaire du nouveau parti Rodina, fondé l’été dernier par l’économiste Sergei Glaziev, qui arrive en quatrième position avec 9% des suffrages. Rodina obtiendra au moins 37 sièges, seulement un de moins que le LDPR, grâce aux bons résultats de ses candidats dans certaines régions. Le programme politique de ce nouveau parti est basé sur une politique économiste dirigiste, centrée sur la formation de capital et l’industrie de haute technologie, afin de réduire la dépendance de la Russie envers les exportations de matières premières et d’énergie. Rodina a soutenu la campagne du Kremlin contre les oligarques tels que Khodorkovski ou Berezovski, ainsi que les programmes sociaux destinés à réduire la fracture sociale en Russie. En politique étrangère et de sécurité, il propose que la Russie défende fermement ses intérêts nationaux et son indépendance.

Serguei Glaziev et d’autres personnalités de Rodina connaissent bien les idées de Lyndon LaRouche. En juin 2001, l’économiste avait invité LaRouche à parler devant la commission des Affaires économiques de la Douma, qu’il présidait à l’époque, et l’a plusieurs fois rencontré depuis. Hormis Glaziev, les principaux candidats de Rodina étaient : le co-président Dmitri Rozogine, président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, le général V.I. Varennikov, ancien commandant des forces terrestres de l’Armée rouge, le général Georgi Shpak, ancien commandant de l’Aviation, et l’ancien président de la banque centrale, Victor Gerachenko, qui avait déclaré publiquement l’année dernière que la Douma devait suivre l’exemple de l’appel à un nouveau Bretton Woods lancé par le parlement italien en 2002.

Selon l’agence RIA Novotsi, Glaziev a souligné que son parti était prêt à travailler avec Russie unie, notamment sur les questions économiques. Rodina a déjà préparé 80 projets de loi, dont la plupart ne seront pas « facilement adoptés, parce qu’ils mettent en cause les intérêts de forces puissantes. »

La campagne de Rodina s’est imposée, malgré les diffamations et les attaques physiques conduites par le parti de Jirinovski et le SPS, le parti des « réformateurs libéraux de droite » que sont Anatoli Tchoubaïs et Boris Nemstov. Le SPS et l’autre parti néo-libéral, le parti Yabloko de Grigori Yavlinski, n’ont pas franchi le seuil des 5% des suffrages et ne siégeront donc pas à la Douma.

Contactez-nous !

Don rapide