Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Emergence d’un principe de réalité

La rédaction
visites
670

Dans un article publié dans le Financial Times du 14 septembre, le chroniqueur Barry Riley admet que l’inflation des prix du brut pourrait refléter les retombées de l’inflation boursière dans les prix des biens physiques. Mieux vaudrait donc écouter ces « théoriciens de la conspiration », qui ont mis en garde contre l’éclatement de la bulle financière spéculative.

Evidemment, Riley n’ose pas mentionner le nom de Lyndon LaRouche, l’économiste qui a régulièrement démontré la nature systémique de la crise financière internationale et la désintégration hyperinflationiste du système financier. Riley mentionne plutôt ce qu’il appelle les « rédacteurs de bulletins apocalyptiques » comme Kurt Richebacher, James Grant ou Andrew Smithers qui ont, à divers degrés, mis en garde contre « un effondrement financier potentiel ». Aujourd’hui, écrit Riley, « une crise du pétrole a surgi presque de nulle part. Il semblerait finalement que l’inflation refoulée éclate ailleurs que dans les marchés boursiers. (...) Si l’on entre dans une spirale descendante, il sera plus sage de se rappeler les vieux thèmes de ces bulletins. »

Dans le même genre, le Times de Londres du 15 septembre publie un article de Simon Jenkins consacré à l’éclatement de la « bulle dot.com », à travers le sort exemplaire de « L’homme de l’année 1999 », le fondateur de Amazon.com, Jeff Bezos. « M. Bezos ne fait plus d’argent, écrit jenkins, (...) son chiffre d’affaires annuel est actuellement de moins 400 millions de dollars et l’action a chuté de 90 à 40 dollars. (...) Sa dette s’est élevée de 1,5 milliard de dollars à la fin de l’année dernière à 2,1 milliards de dollars actuellement, laissant la plupart des dictatures africaines loin derrière. Ce qui est sûr, c’est que ça ne peut pas durer. » Cette bulle dot.com « doit éclater », écrit Jenkins. « Quand la fête sera finie, qui sait combien aura été perdu ? On sait seulement qui paiera. Ceux qui ont remis avec confiance leurs épargnes à des « experts », dont ils ont cru en la prudence et le discernement, et qui s’avéreront n’être qu’une bande de joueurs imprudents. »

Contactez-nous !