Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Emeutes au Royaume-Uni : qui sème la misère récolte la colère

La rédaction
visites
1241
commentaires

10 août 2011 (Nouvelle Solidarité) — Les quartiers des grandes villes britanniques, et plus seulement Londres, continuent à s’enflammer. Après la mort lors d’une confrontation avec la police, dans des conditions non-élucidées, d’un jeune noir à Tottenham, un des lieux les plus défavorisés du nord de Londres, des jeunes en proie au désespoir laissent libre cours à une colère qui tourne à la rage.

Depuis son arrivée au pouvoir, par une politique d’austérité féroce présentée en modèle par Sarkozy, le gouvernement Cameron prétend résorber d’ici 2015 le déficit budgétaire de la Grande-Bretagne afin de « protéger » la note souveraine AAA du pays sur les marchés de la dette.

Après le printemps arabe, ce fut le tour de 250 000 britanniques de descendre dans la rue pour pacifiquement rejeter cette nouvelle thérapie de choc. Bien des observateurs, notamment les syndicats, s’accordent pour affirmer que l’austérité plombera la croissance et risque de déclasser des millions de Britanniques alors que le chômage est déjà à son plus haut depuis 1992.

A l’heure actuelle, au Royaume de moins en moins uni, presque un million de personnes de moins de 20 ans (20%) sont sans emploi.

Lors des émeutes, on constate d’ailleurs que parmi ceux qui ne peuvent consommer certains s’en prennent aux vendeurs pour voler ou détruire les biens qu’ils ne peuvent plus acquérir : télévisions haut de gamme, matériel électronique et même les téléphones portables Blackberry assez souvent employés pour coordonner leurs assauts.

L’ancien maire de Londres, le travailliste Ken Livingstone, rapporte que les jeunes qu’il a pu rencontrer dans un collège de Tottingham « craignaient plus que tout d’être dans l’impossibilité de poursuivre leurs études à cause de l’annulation des aides accordées aux familles les plus défavorisées. Les sévères économies dans le domaine de l’éducation et dans l’aide au logement touchent durement la jeune génération ».

Triste ironie du sort, le gouvernement Cameron découvre aujourd’hui les ravages de sa propre politique qui est venu empirer celle, tout aussi calamiteuse, de son prédécesseur Tony Blair. Cameron annonce qu’il va déployer 16 000 policiers et découvre hypocritement l’utilité d’une police de proximité. C’était pourtant son gouvernement qui, début mars, annonça des réductions budgétaires pour les forces de l’ordre de 20% sur quatre ans. Selon l’Association des commissaires de police, 12% des employés risquent de perdre leur emploi, soit l’équivalent de 28.000 personnes.

Le président de la Fédération de la police d’Angleterre et du Pays de Galles a critiqué ces décisions, soulignant que « certains membres du gouvernement n’avaient jamais eu à payer une hypothèque, et qu’ils ne pouvaient donc pas savoir ce que c’est que de vivre avec un budget serré, mais pour de nombreux officier de police, ces coupes représentent la perte de leur maison, ou l’impossibilité d’allumer le chauffage ».

Rappelons que le 12 mars, d’après le quotidien l’Independant, le gouvernement Cameron somma l’armée britannique de se préparer à la confrontation avec des grévistes et d’être en stand-by pour des déploiements à partir du 1 avril jusqu’à la fin de l’année. Les émeutes actuelles fourniront donc le prétexte idéale pour une militarisation de la société, phase ultime du fascisme financier.

Si la règle « mêmes causes, mêmes effets » s’applique, il est clair que la France n’est pas à l’abri. Engagé dans une course folle pour « rassurer les marchés » pour maintenir la notation AAA de la dette française, il est hors de question pour Nicolas Sarkozy et son visiteur du soir Michel Pébereau de revenir sur les politiques d’austérité engagées en particulier le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux dicté par la Révision générale des politiques publiques (RGPP).

Pourtant, un rapport thématique de la Cour des comptes, rendu public début juillet et intitulé L’organisation et la gestion des forces de sécurité publique, reconnaît dans sa conclusion : « L’adaptation à la nouvelle donne budgétaire est une contrainte essentielle, dont les effets se font davantage sentir depuis deux ans. Les effectifs de policiers et gendarmes, après avoir fortement augmenté à la suite du vote de la loi d’orientation de la sécurité intérieure du 29 août 2002, dite LOPSI, ont ainsi commencé à décroître depuis 2009. En 2010, ils étaient moins nombreux qu’en 2006. Le nombre de policiers affectés dans les services de sécurité publique sera revenu en 2011 à son niveau de 2002 ».

Le 7 juillet, dans un communiqué de presse, Nicolas Comte, secrétaire général d’Unité SGP Police Force Ouvrière, majoritaire dans la profession, s’inquiète que « la Police Nationale dispose aujourd’hui de moins d’effectifs que lors de l’explosion des banlieues en 2005 ».

Il est donc temps de changer de cap avant qu’il ne soit trop tard. Au lieu de « rassurer les marchés » par un programme d’hara-kiri national qui nous plonge chaque jour un peu plus dans la misère, le chômage et le chaos, c’est une politique de crédit productif public, rétablie grâce à un retour aux principes de Glass-Steagall, qui permettra, enfin, à la France et le monde une sortie de crise par le haut.

Voir les 2 commentaires

  • EDITH • 10/08/2011 - 18:25

    lES EMEUTES ANGLAISES N’ONT RIEN DE POLITIQUE CE SONT DES EMEUTES DE PETITES GENS VENGEURS QUI NE SONT PAS ALLES BRULER LA CITY, DONC FAIRE L’AMALGAME AVEC CE QUI SE PASSE EN ESPAGNE OU EN GRECE EST INUTILE.
    PAR CONTRE DIRE QUE CELA POURRAIT BIEN ARRIVER EN FRANCE,PROCHAINEMENT,C’EST LA REALITE SURTOUT QUE LE DENI DE LA VERITE EST EN TRAIN DE RATRAPPER LES MENTEURS PETITS ET GRANDS.VONT ILS DEMANDER LE GLASS STEAGALL OU BRULER LEUR VOISIN ????????? MAIS ,AU FAIT LES POLITIQUES ,SOIENT SE TAISENT ,COMME PINOCHETTE,SOIENT EN DISENT TROP COMME HOLLANDE ,SUR LES ECHOS.FR.LES MASQUENT TOMBENT LA TRAGEDIE COMMENCE !
    COUCOU MESSIEURS LES JOURNALISTES JACQUES CHEMINADE EST LA AVEC LES SOLUTIONS,ECOUTEZ LE AVANT QUE LE PEUPLE QUE VOUS MEPRISEZ NE VOUS ENVOI EN ENFER

    Répondre à ce message

  • petite souris • 10/08/2011 - 18:12

    « protéger » la note souveraine AAA du pays sur les marchés de la dette

    Voilà l’objectif que nozélites veulent atteindre.

    ... et cela est plus important que tout ce qui se passe : émeutes, morts, révolte des peuples...

    ...il est vrai que pour nozélites, les manifestants sont des criminels !!!

    Il semble que nozélites aient oublié de suivre les cours de simple bon sens que les instits distillaient pour que leurs élèves obtiennent le certificat d’études primaires....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide