Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Empêcher une nouvelle catastrophe en Haïti

La rédaction
visites
1240
commentaires

26 février 2010 (Nouvelle Solidarité) - Lyndon LaRouche continue à faire pression sur le gouvernement des Etats-Unis pour que des efforts exceptionnels soient menés pour assurer le sauvetage de la population de Port au Prince, menacée cette fois-ci par la saison des pluies qui démarre fin mars et qui pourrait se traduire par le développement d’épidémies plus meurtrières que le tremblement de terre.

C’est dans ce contexte que LaRouche avait même proposé que l’on soit prêt à évacuer le million et demi de personnes restées à Port au Prince vers les Etats-Unis s’il le fallait, pour sauver ces personnes et permettre à l’effort de reconstruction d’avoir lieu. Suite à de nombreuses consultations, ceci ne sera pas nécessaire cependant ; il suffit d’évacuer ces populations vers d’autres zones plus élevées du pays.

LaRouche propose également que le Génie civil de l’armée américaine, le corps d’ingénieurs, soit déployé pour coordonner cet effort de reconstruction, en engageant tous les efforts civils ou privés nécessaires, pour lancer les travaux de reconstruction. Jacques Cheminade en France, relance aussi son appel pour que les Etats-Unis et la France, tous deux responsables de l’état terrible de ce pays, se rachètent en mettant sur pied, avec d’autres nations qui y voudront collaborer, un plan de reconstruction à long terme de ce pays. Un tel plan de sauvetage engagé sous l’égide de la communauté internationale pourrait aboutir en 3 à 4 semaines.

Ne pas fournir à Haïti une aide extérieure massive de ce type, dans le respect de sa souveraineté nationale cependant, voudrait dire laisser ce pays sombrer totalement, car le martyr d’Haïti remonte bien plus loin que le tremblement de terre, à une politique coloniale totalement brutale qui s’est poursuivie sous d’autres formes, et qui a abouti à entamer la capacité même de ce peuple a assurer sa survie par ces propres moyens.

Tous les experts s’accordent pour qualifier la catastrophe haïtienne de l’une des pires catastrophes naturelles qu’une nation ait jamais eu à subir. Le bilan des morts, provoqué par ce tremblement de terre de 6.5 degrés sur l’échelle Richter a été de 150 000 à 300 000.
Mais qu’il ait eu un tel impact, alors que dans d’autres pays de la région, pourtant très pauvres eux-aussi, les dégâts n’ont jamais été aussi profonds, montre que la catastrophe naturelle a frappé un pays qui était déjà au bord de l’effondrement. Autre comparaison utile pour comprendre ce fait, le tremblement de terre de 7 degrés sur l’échelle Richter, qui a frappé San Francisco en octobre 1989, n’a laissé que 63 morts, 3000 blessés, et 12 000 sans domicile.

L’arrivée des pluies tropicales à partir de la fin mars, pose à nouveau la question de la survie de 1 500 000 personnes restées dans la capitale, Port au Prince, dans des conditions d’insalubrité graves. Des experts craignent qu’une explosion d’épidémies telles que la tuberculose, la diarrhée, ou la malaria, puissent créer une « seconde phase » de catastrophe, encore plus mortelle que la première.

Mener un tel sauvetage exige cependant un changement fondamental de perspective de l’actuelle Maison Blanche, qui, selon des sources proches, a rejeté ces propositions. Il faudrait que, sous l’influence de Lyndon LaRouche, la Maison Blanche soit obligée de reprendre, envers l’Haïti, les politiques de bon voisinage de Franklin Delano Roosevelt qui avaient abouti à remettre ce pays sur les rails du progrès.


Pour approfondir :


Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 02/03/2010 - 10:41

    Excellente et très bonne idée en effet !!!!!!!!

    Cela pourrait être un exemple grandeur nature à proposer pour d’autres endroits.

    Cependant, pour Haïti et ailleurs, je crains le pire.

    Répondre à ce message

  • plume • 27/02/2010 - 15:42

    Qui a dit que les Américains ne faisaient pas suffisamment d’effort pour les Haïtiens ?

    - porte avion USS Carl Vinson
    - frégate Underwood
    - transports de chalands de débarquement, Carter Hall et Fort Mchenry
    - navire hôpital
    - porte hélicoptères d’assaut USS Bataan
    - croiseur lance missile Normandy
    - 15000 hommes.

    Au fait, où se trouve le Vénézuéla par rapport à Haïti ?

    Répondre à ce message

  • ARCANE • 26/02/2010 - 17:50

    Une alerte avait ete donnee concernant le trafic d’enfants en Haiti, j’ai vu un interwiew du président d’Haiti qui a dénoncer un trafique d’organes organisé.
    Il est de plus en plus fréquent que, sur tous les lieux de guerres,ou de catastrophe, des equipes viennent recupérer des organes . Des accords plus ou moins tacites des gouvernements ou de personnes travaillants à de hautes fonctions dans ces gouvernements ou meme à l’ONU seraient probables compte tenu du cout de la vente d’organes dans le monde et la demande. Il serait bon de mener une enquete serieuse à ce sujet et sur ses dérives .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide