Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

En Afrique, les britanniques veulent terroriser les Chinois

La rédaction
visites
2044

17 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité) — Pendant qu’une partie de la presse internationale affirme qu’Al-Qaida « cible les Chinois en Afrique du Nord » pour « venger » le « génocide » chinois des Ouïgours dans la province du Xinjiang, la presse algérienne tient à signaler que cette information provient directement d’une agence de renseignement basée à Londres.

D’après le site Tout sur l’Algérie, la nouvelle, citée par le South China Morning Post édité à Hong-Kong, est extraite d’un rapport de Justin Crump du Cabinet Stirling Assynt un cabinet britannique fondé par Karl Barclay, un ancien chef de sécurité de la Banque de Hong-Kong et de Shanghai (HSBC).

Le site internet de Stirling Assynt proclame fièrement que la société « est un réseau global de renseignement avec des bureaux à Londres et Hong-Kong et composée d’une équipe de professionnels disposant d’une bonne expérience dans l’administration publique et le privé ». Sa spécialité, c’est l’évaluation du « risque terroriste » par pays. L’auteur de l’article, Justin Crump, a servi dans l’armée britannique dans les Balkans, l’Irak et l’Afghanistan.

D’après ces « experts » le groupe Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), anciennement le GSPC ou GIA, aurait annoncé sur plusieurs sites internet son intention de « venger les Ouïghours ». Pour sa part, Nigel Inkster, ancien directeur des opérations pour le service de renseignement MI6, à ce jour spécialiste du contre-terrorisme auprès de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), affirme qu’il n’a jamais eu vent d’un message spécifique, mais que « c’est une menace parfaite pour Al-Qaida et ne devait pas être une surprise pour Pékin ». Cependant, des attaques systématiques contre les 750000 chinois travaillant en Afrique ne réussiront pas forcément à dissuader Pékin de changer sa politique au Xinjiang, ajoute-t-il.

Tentant de vérifier le bien-fondé de ses allégations, Tout sur l’Algérie rapporte que sur les sites habituels utilisés par AQMI pour proférer ce genre de menaces, aucune trace d’un tel message n’existe. « Sur les sites djihadistes habituellement utilisés pour diffuser ce type de communiqués, aucune trace ». D’ailleurs, « aucun document officiel d’Al-Qaida n’a été émis ces derniers jours ».

Pour sa part, Le Figaro, qui faisait pourtant sa « une » sur cette affaire, est obligé d’admettre que lors de l’attaque du 17 juin, quand l’AQMI a tué au moins 18 personnes dans l’embuscade d’un convoi de cinq voitures de gendarmes qui venaient d’escorter des employés chinois travaillant sur un chantier de la future autoroute qui va traverser l’Algérie d’est en ouest, le communiqué revendiquant cette attaque ne fait aucune mention de l’entreprise chinoise et s’en prend seulement à des « éléments » de la gendarmerie algérienne.

Tout sur l’Algérie note que « curieusement, le document du cabinet britannique intervient une semaine après l’alerte émise par le ministère français des Affaires étrangères évoquant ‘un risque d’action terroriste élevé en Algérie’. Les deux évènements sont-ils liés ? Dans un contexte difficile pour les groupes occidentaux en Algérie, Paris et Londres cherchent-ils à déstabiliser l’un des principaux partenaires économiques de l’Algérie, dont les entreprises sont impliquées dans de nombreux projets stratégiques comme l’autoroute est-ouest ? »

Contactez-nous !