Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

En France, la pauvreté augmente

La rédaction
visites
828

Le 6 juillet, le Fonds monétaire international a publié son rapport annuel sur la France. Tout en se félicitant des « réformes » entreprises par le Premier ministre Raffarin, il en recommande d’autres encore plus « courageuses ». A titre d’exemple, il propose une baisse du SMIC, soi-disant pour favoriser la création d’emplois.

Selon l’INSEE, 7% de l’ensemble des ménages français (soit 4,2 millions de personnes) vivaient l’année dernière en dessous du seuil de pauvreté, fixé à 538 euros par mois pour une personne. Or l’INSEE ne compte pas dans ses statistiques les ménages dont le chef de famille est étudiant, bien que 25% des personnes âgées de 20 à 25 ans soient dans cette situation. En outre, l’institut européen EUROSTAT établit le seuil de pauvreté à 60% (et non 50%) du revenu moyen, ce qui mettrait 12,5% de la population française (soit 7,2 millions de personnes) dans cette catégorie.

Par ailleurs, selon les statistiques « officielles », 86 000 personnes étaient sans abri en 2003, dont 36% âgées de 18 à 29 ans. Ce chiffre est certainement sous-estimé, car la France compte plus de 150 000 sans papiers qui n’ont pas accès à des mesures de santé publique. En termes de consommation, en 1970, un ouvrier devait travailler 36 ans pour épargner la somme nécessaire à l’achat d’une Peugeot 404 - contre 150 ans aujourd’hui pour une Peugeot 505. Ceci explique pourquoi la majorité des Français possèdent des voitures de 5 à 20 ans d’âge.

En 1996, environ 22% de la force de travail touchait un salaire inférieur à 1,2 fois le SMIC, et à 1,4 fois le SMIC pour 35% d’entre elle. En 2000, ces deux chiffres atteignaient respectivement 30 et 50%. Pour ce qui est du logement, il fallait, en 1980, un mois et demi du salaire mensuel minimum pour acheter un mètre carré dans le centre de Paris - contre cinq mois aujourd’hui. Il n’est donc pas rare de devoir compter trois heures de transport quotidien.

Beaucoup des bas salaires sont des jeunes gens entrant dans la vie active avec peu de qualifications et un CDD. Selon les derniers sondages, 37% des Français (25 millions) n’ont pas pu se payer de vacances en 2002 et 16% n’ont jamais pris de vacances de plus de quatre jours consécutifs. Entre 1993 et 1999, le nombre d’ouvriers partant en vacances a baissé de 3,3%.

Quelque 3,9 millions de personnes occupent actuellement un emploi à temps partiel, surtout parce qu’elles n’en trouvent pas à plein temps. L’industrie française a supprimé plus de 1,7 million d’emplois depuis 20 ans. Dans la période récente, des géants comme Altadis, ST Microelectronics, Matra, Schneider Electric, Doux, Alcatel, Giat Entreprises et Alstom ont mis en œuvre de vastes plans de licenciement collectif. Par ailleurs, 1,2 million de personnes privées d’allocations chômage bénéficient du RMI (revenu minimum d’insertion), soit une hausse de 9,6% depuis mars 2003.

Contactez-nous !