Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

En Italie, Mohammed Khatami définit les normes d’un dialogue entre cultures

La rédaction
visites
616

L’ancien président iranien Seyyed Mohammed Khatami a effectué une visite de huit
jours en Italie, au cours de laquelle il a rencontré le Pape et le Premier
ministre et participé à plusieurs conférences et événements publics à Rome,
Palerme, Milan et Forli.

L’ancien président iranien Seyyed Mohammed Khatami a effectué une visite de huit
jours en Italie, au cours de laquelle il a rencontré le Pape et le Premier
ministre et participé à plusieurs conférences et événements publics à Rome,
Palerme, Milan et Forli. Lors d’une conférence à l’Université catholique de
Milan le 8 mai, il a déclaré à un correspondant de l’EIR qu’il considère comme
« très importante » la campagne pour la destitution aux Etats-Unis, aiguillonnée
par Lyndon LaRouche, ajoutant que « Bush et Cheney sont finis ».

Selon le correspondant de l’agence IRIB à Rome, lors de sa rencontre avec
Khatami, le Premier ministre italien Romano Prodi a critiqué la politique
américaine « illogique » au Moyen-Orient. « L’’occupation de l’Irak est l’une des
grandes erreurs de l’Amérique. Malheureusement, les Américains ne sont pas en
mesure de régler les crises de plus en plus profondes que leurs politiques
erronées ont créées. » Prodi a également appelé Téhéran à jouer un rôle dans le
règlement des crises régionales.

Le gouvernement italien n’a pas publié de communiqué officiel sur cette réunion.
Toutefois, concernant la rencontre entre Benoît XVI et l’ancien Président
iranien, Monseigneur Piero Coda a été interviewé à la radio du Vatican. « La
présence de M. Khatami à Rome, dit-il, est le symptôme d’une grande ouverture et
de la volonté de maintenir et promouvoir des sauts qualitatifs dans le dialogue
entre christianisme et islam. » Pour lui, le « choc des civilisations » ne vient
pas des traditions religieuses respectives, mais « des superstructures que la vie
politique et économique actuelle tend à imposer aux traditions religieuses »,
instaurant une concurrence entre elles.

Lors de la conférence de Milan, Khatami a répondu à une question provocatrice
posée par le professeur Vittorio Parsi, un néo-conservateur notoire qui
arbitrait le débat, évoquant les « prophètes qui s’arment » et les liens entre
islam et le terrorisme. Visiblement bouleversé, l’ancien Président iranien a
répondu : « Voici une démonstration de la manière dont le mépris de l’autre peut
mener à un choc des civilisations. Ceci nous montre le faux orgueil de la
culture des Lumières, qui croit que la culture occidentale est supérieure à
toutes les autres. C’est le point de vue erroné de Hegel et de Kant. C’est ce
qu’on appelait dans les années 1980 aux Etats-Unis la "fin de l’histoire",
l’idée selon laquelle un monde américanisé peut faire ce qu’il veut, qu’il peut
coloniser toutes les autres nations, leur voler leur patrimoine national,
mépriser leur culture et leurs valeurs. Voilà la base de la guerre préemptive et
le problème que nous avons à traiter. Nous devons briser le cercle vicieux de la
violence. Nous n’avons pas à désarmer de prophètes et de guerriers, parce que ce
sont uniquement les faux prophètes qui s’arment. Nous devons désarmer tous ceux
qui prêchent la violence - prophètes et hommes politiques. Un sentiment qui leur
est hostile se développe parmi la population américaine ; 3600 Américains sont
morts en Irak et le terrorisme a augmenté - le prix à payer pour New York et
pour l’Amérique a été lourd. La popularité de Bush diminue tous les jours, ils
ont perdu la majorité au Congrès, et les manifestations contre la guerre sont
quotidiennes aux Etats-Unis. Je veux être optimiste, parce que l’espoir du
dialogue des civilisations réside chez les jeunes. »

Contactez-nous !