Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité
Brèves

En l’honneur de Gagarine : Vite ! Une nouvelle ambition spatiale !

La rédaction
visites
734
commentaires

5 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Une grande exposition consacrée à Youri Gagarine, le cosmonaute russe qui fut le premier à faire une révolution complète autour de la Terre, a été ouverte hier au Palais de la Découverte, pour fêter le 50e anniversaire de ce voyage effectué le 12 avril 1961. Heureuse coïncidence, le Centre national d’études spatiales français fête aussi le 50e anniversaire de sa création.

Plusieurs centaines de personnes se sont massées dans la grande salle d’entrée pour suivre cette exposition organisée conjointement par Ria Novosti et accueillie par Universcience au Palais de la Découverte. Le coup d’envoi a été donné par un débat, sous la direction de Claudie Haigneré, présidente d’Universcience, qui rassemblait des spationautes français et russes, des responsables de grandes organisations spatiales telles que le CNES, l’Agence spatiale européenne (ESA) et Roskosmos pour la Russie, ainsi que l’ambassadeur de Russie et le directeur de Ria Novosti . Un film émouvant sur Youri Gagarine et la première aventure spatiale de l’homme a été projeté, soulignant les qualités et le courage personnel de Youri, qui ont fait que lorsqu’il a fallu choisir qui du groupe de six ayant participé à l’entraînement serait du premier voyage, il fut désigné sans exception par tous ses collaborateurs.

JPEG - 20.2 ko
L’ambition spatiale suscite un nouvel engouement : la salle du Palais de la découverte était bondée et des dizaines de spectateurs ont suivi la réunion debout !

Mais si l’ambiance était forte émotionnellement, les participants n’ont pas proposé une nouvelle odyssée spatiale à la hauteur du courage de Gagarine qui s’est lancé alors que, selon l’un des participants, les possibilités de ne pas revenir étaient de 30%. On était là pour commémorer un grand moment du passé, mais pas pour poursuivre son œuvre au-delà.

Le débat mené par Frédéric Castel, qui a posé quelques questions à rebrousse poil, a fait apparaître l’absence d’ambition actuelle des puissances qui pourtant ont été au cœur de l’aventure spatiale. Ainsi de cette question posée au responsable de Roskosmos, à savoir si le fait que nous soyons toujours avec la série des lanceurs Soyouz, comme à l’époque de Gagarine, ne pose pas un problème de renouvellement. Ou cette autre question posée à Jean Loup Chrétien, le spationaute français, à savoir si une certaine morosité ne s’est pas installée dans les programmes qui ne prévoient plus de vols habités. Ne se repose-t-on pas sur nos lauriers alors que les programmes chinois et indiens sont, eux, beaucoup plus ambitieux ?

Jean Loup Chrétien a reconnu que l’orbite basse est aujourd’hui parfaitement maîtrisée, et que les nouveaux défis sont la Lune et surtout Mars. Si nous avions poursuivi au rythme des premières années, a reconnu un autre participant, il y aurait aujourd’hui des bases permanentes sur la Lune. Jean Loup Chrétien compara la difficulté pour aller de la Lune à Mars à celle des « marins aventuriers du XVIIIe siècle, qui ont d’abord navigué sur les fleuves, puis ont décidé tout d’un coup de traverser l’Atlantique ». Quant au défi lancé par l’Inde et la Chine, un défi qui doit être pris non pas comme une guerre, mais comme une saine compétition, un responsable de l’ESA annonça que «  dans l’équipe de Mars500, qui simule un voyage vers la planète rouge depuis juillet dernier, il y a un Chinois, c’est la première fois dans une équipe internationale  ».

Ce fut au plus jeune des spationautes, Thomas Pesquet, recrue de 33 ans de l’Agence spatiale européenne, de lancer le défi : «  Maintenant, il est temps d’aller voir au-delà de l’orbite basse terrestre. A l’avenir, on veut aller sur la Lune et surtout vers Mars . »

A qui la faute de cet état des choses, notamment dans les pays occidentaux ? « Si nous sommes asservis, cher Brutus, la faute en est à nous et non à nos étoiles… », écrit Shakespeare dans Jules César . La faute, dans ce cas précis, en revient surtout aux dirigeants politiques qui ont succédé à de Gaulle et Kennedy, et qui ont embarqué leurs pays non pas vers les étoiles, mais vers une médiocrité qui tourne aujourd’hui clairement à la décadence. En France, on a cessé de prendre des risques, notait Michel Serres dans une entrevue avec le JDD du 3 avril, parlant des récents déboires du Japon. Bénéficiant d’un climat et d’une agriculture exceptionnels, la France « est à l’inverse des Japonais », et « comme on ne risque rien, on s’affole de tout » !

Cependant cela ne concerne pas tous les politiques, car Jacques Cheminade défend depuis longtemps, face à une élite politique qui préfère souvent regarder dans la profondeur de ses poches que vers les étoiles, un programme spatial qui pose la nécessité urgente de bases lunaires permanentes et de l’exploration de Mars. Cet esprit de « nouvelle frontière » est au centre de sa campagne présidentielle.


Cheminade 2012 : L’espace, engagement politique fondamental


Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 06/04/2011 - 18:04

    comme on ne risque rien, on s’affole de tout

    ...aujourd’hui les hommes ne pensent plus n’agissent plus ils ont seulement peur de leur ombre.....
    ....alors que lorsqu’on n’a rien à perdre, on peut bien tout risquer.

    L’espérance est un risque à courir. Georges Bernanos

    Si la science ne s’intéresse pas aux choses délirantes, elle risque fort de passer à côté de choses intéressantes.

    ... et curieusement :

    Seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussiront brillamment Robert Fitzgerald Kennedy
    et
    Le pire risque, c’est celui de ne pas en prendre. Nicolas Sarkozy
    Seulement not’président ne pense qu’à lui et pas à la France et à son peuple !!!!!!

    et pour sourire malgré les circonstances
    La république... la corruption sans doute y paraît plus grande que dans les monarchies. Cela tient au nombre et à la diversité des gens qui sont portés au pouvoir.Anatole France

    • pIC ET pUCE • 06/04/2011 - 20:42

      Sarkozy ne pense pas qu’à lui : il obéit seulement aux ordres d’un pouvoir financier établi à Londres tout comme son compère Obama. Il peut effectivement penser à lui en terme de sécurité car le jour où il se mettra à penser au peuple, c’est un homme mort. C’est un homme qui a été parrainé dès son jeune âge en vue de la tâche qui lui est confiée à présent : intégrer la France et l’Europe au nouvel ordre mondial anglo-saxon qui exclut tout monde multipolaire et toute diversité.

    • petite souris • 07/04/2011 - 10:18

      ... avec ce qu’il fait en ce moment (l’armée française fait la guerre dans 5 pays du monde !) et les décisions de son nouveau ministre (étymologiquement vient de monstre !) de l’intérieur ....
      J’espère que le peuple de France va se réveiller !
      enfin !
      et agir !
      enfin !
      mais dans les médias "on" nous dit que la croissance est revenue avec une dette qui s’est alourdie....
      en petite souris .... ch’comprends pas ce charabia de la pensée ..................
      en attendant chantons tous ensemble :
      Buvons un coup, buvons en deux
      A la santé des amoureux
      A la santé du Roi de France,
      Et merde pour le Roi d’Angleterre,
      Qui nous a déclaré la guerre
      .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide